Banderole
Première édition critique de L'Astrée d'Honoré d'Urfé
doigt_dVisite guidée :
Testament




SignetGénéalogie

Il valoit mieux que j'honorasse ce pays
où ceux dont je suis descendu, depuis
leur sortie de Suobe, ont vescu si
honorablement par tant de siecles.

Honoré d'Urfé,
L'AstrÉe, I, L'Autheur à la Bergere Astrée, n. p.


Loi d'extinction formulée avec pertinence
par le comte de Neufbourg :
Il est rare qu'une famille parvenue à la notoriété
se maintienne plus de cinq ou six générations
[200 ans] après son ascension.

Édouard Perroy,
Études d'histoire médiévale
, p. 188.

1 SignetJ'ai glané des renseignements dans les travaux du Père Anselme, d'Auguste Bernard, de Guichenon, de La Chesnaye, de La Mure, de MorÉri, de Panisse-Passis, de Perroy, de Reure, et dans le site de Florian et Guillaume Dury, La Bastie d'Urfé en Forez.

Cette généalogie montre combien les d'Urfé faisaient partie intégrante de la grande noblesse du temps. Honoré d'Urfé disait « Mon cousin » au duc de Savoie η et au duc de Mayenne, l'un des principaux chefs de la Ligue η. Le père Menestrier, en expliquant en 1684 Les Diverses especes de noblesse, et les manieres d'en dresser les Preuves, range les d'Urfé parmi les deux cents Maisons de « grande noblesse » (p. 190).

divider

2 SignetLa Famille maternelle

Par sa mère, Honoré d'Urfé descend de René, Grand Bâtard de Savoie, et d'Anne de Lascaris η, comtesse de Tende. BrantÔme ne cache pas son admiration pour René de Savoie, « Grand Maistre de France » :

On le tenoit pour un fort sage et advisé capitaine. J'ay ouy dire à aucuns vieux gens-d'armes que la compaignie de cent hommes d'armes qu'il avoit, estoit la plus belle que l'on vit jamais despuis que l'institution en fut facites, et le tenait-on ainsy alors (p. 342).

La famille de René de Savoie, extrêmement riche, désire par dessus tout garantir la survie de ses titres. Les Archives de Turin, celles de Savoie, et celles de Nice recèlent de précieux documents que le comte (puis marquis) de Panisse-Passis étudie scrupuleusement en 1889. Il leur adjoint des archives qui se trouvent au manoir de Villeneuve, château d'Henrye de Savoie, duchesse de Mayenne, dont sa famille a hérité (p. 10). Bien que l'auteur éprouve peu de sympathie pour la mère d'Honoré d'Urfé, « la vindicative marquise » (Ibid., p. 151), les renseignements qu'il réunit sont d'un grand intérêt parce qu'ils éclairent les démêlés de la mère et du frère d'Honoré d'Urfé avec le duc de Savoie η.

Le premier indice des difficultés rencontrées par les descendants de René de Savoie se trouve en 1552 dans le testament de son épouse, Anne de Lascaris η. Il est spécifié que le comté de Tende doit passer aux hommes nés d'unions légitimes, qu'il est interdit de vendre ou d'hypothéquer les domaines, sauf pour payer la rançon d'un prisonnier. Il faut aussi renoncer au titre et aux armes de Tende si on prend un autre titre (Archives de Turin, section 1e, cité par Panisse-Passis, pp. 240-244).

Le comté de Tende sera longtemps un objet de contention pour les descendants du Grand Bâtard de Savoie.

savoie_tende
Armes de René de Savoie, comte de Tende
Dessin d'Arnaud Bunel, Héraldique européenne

Les ducs de Savoie ont toujours espéré s'approprier des domaines du Grand Bâtard pour réunir leurs territoires - la Savoie η a été comparée à un gruyère à cause de la dispersion des terres. Lorsqu'ils ont servi d'arbitres entre les héritiers, les ducs ont favorisé ceux qui promettaient de leur rendre le comté de Tende pour être en mesure de relier par une bonne route le Piémont et Nice (Menabrea, p. 146). Tende est en effet une « enclave française entre les États du duc en Piémont et le comté de Nice » (Panisse-Passis, p. 151), et un château-fort que l'artillerie ennemie ne peut pas atteindre (Ibid., p. 155).

Lire les titres de Claude de Savoie, le fils du Grand Bâtard et le père de la marquise d'Urfé, c'est deviner les sujets des querelles qui doivent suivre son décès : les terres qu'il possède. Guichenon les présente dans les « Preuves » qu'il réunit tout à la fin de son Histoire généalogique (III, p. 1103) :

Claude de Savoie,
comte de Tendes et de Sommerive, Seigneur de Marro et de Prala, Gouverneur et grand Senechal de Provence

Claude s'entend très mal avec le fils qu'il a eu de Marie de Chabannes, Honoré ou Honorat de Savoie, le futur oncle et parrain d'Honoré. Il lui préfère le fils né du second mariage qu'il a contracté - avec une protestante. BrantÔme décrit les réactions des Provençaux, « gens bizarres, fantastiques et mal aysés à ferrer, mais pourtant très-braves et vaillans » (p. 343). Parce qu'ils n'apprécient pas l'union de leur gouverneur avec une hérétique, ils disent

que trois choses gastroient la Provence, le vent, la comtesse et la Durance ; car les vents, quand ils s'y mettent, sont terriblememnt grands et font beaucoup de maux au pays, comme la riviere de Durance, quand elle est grosse et desbordée, elle se fait si furieuse et impetueuse qu'elle fait de grands maux (p. 343).

Les guerres de religion enveniment les relations de Claude et d'Honorat à cause de la « politique de bascule » de Catherine de Médicis (Panisse-Passis, p. 89 sq.). Le pouvoir royal parfois protège les protestants, et parfois les maltraite. Claude de Savoie reçoit des ordres contradictoires. Un document conservé dans les papiers de Peiresc en témoigne (Ibid., p. 134). Honorat de Savoie, ligueur pur et dur, se dresse contre son père, gouverneur conciliant, prudent et peut-être sincèrement tolérant. Ce fills, que BrantÔme nomme M. de Sommerive, est « un brave et vaillant siegneur, et un très-homme de bien et d'honneur » (p. 343). Lors de la bataille de Sisteron en 1562 (Garrisson, p. 168), père et fils sont dans des camps opposés. Claude meurt en 1566, et son fils préféré le suit dans la tombe en 1568, peut-être assassiné sans que son demi-frère n'intervienne (Panisse-Passis, p. 16). Honorat de Savoie décède en 1572 sans laisser d'héritier et sans laisser de testament.

Il ne reste plus aucun enfant mâle dans la branche aînée de la famille du Grand Bâtard de Savoie. L'héritage passe donc au frère cadet de Claude de Savoie, un autre Honoré ou Honorat de Savoie qui, lui, porte le titre de marquis de Villars, « un bon et sage seigneur et capitaine » (BrantÔme, p. 344). Gouverneur de Guyenne, il s'enrichit considérablement.

C'est à partir de ce moment que la mère d'Honoré d'Urfé, fille aînée de Claude de Savoie, intervient. « Elle revendiqua le comté de Tende avec une hardiesse, une vigueur et une opiniâtreté extraordinaires » (Reure, p. 7). Elle va « déployer toutes les ressources de l’astuce féminine, de la chicane judiciaire, sans préjudice du recours aux armes et aux mesures les plus violentes », précise l'historien des comtes de Tende (Panisse-Passis, p. 150). Renée de Savoie réclame une nouvelle part de l'héritage de sa grand-mère, Anne de Lascaris. Le Parlement d'Aix et les Sénats de Gênes, de Savoie et de Turin sont tour à tour saisis de l'affaire. Le duc Emmanuel-Philibert de Savoie est appelé à servir d'arbitre. Pendant quelque temps, les habitants de Tende se divisent entre partisans d'Honorat, marquis de Villars, et partisans de Renée, marquise d'Urfé. Victorieuse, Renée bannit ceux qui soutenaient son rival. Elle les poursuit de sa vindicte jusqu'à Gênes en les accusant d'être « luthériens ». La marquise d'Urfé signe alors « Tande DURFÉ » les missives qu'elle envoie au duc de Savoie (Archives de Turin, « Correspondance des comtes de Tende », cité par Panisse-Passis, p. 163).

Honorat de Savoie, marquis de Villars, se bat pendant quelques années contre sa nièce en présentant des plaintes auprès du duc de Savoie η. Il décède en 1580. Sa fille unique, Henrye ou Henriette de Savoie, lui survit et continue à défendre ses droits sur l'héritage d'Anne de Lascaris η. Les disputes se poursuivent entre les cousines germaines, Renée, veuve de Jacques d'Urfé (depuis 1574), et Henrye, épouse du duc de Mayenne (depuis 1576). Catherine de Médicis elle-même est appelée à donner son opinion lors d'un séjour à Grenoble en 1579. Le duc de Savoie η signe un accord secret avec Renée (Guichenon, p. 68). Le résultat n'étonnera personne : « Les actes concernant cette cession forment deux volumes entiers conservés aux Archives royales de Turin sous le titre de Citta è contado di Nizza, mazzo 53 » (Panisse-Passis, p. 184, note 3) !

Les droits de Renée de Savoie semblent clairs parce que sa grand-mère, Anne de Lascaris η, a tout prévu dans son testament, même le cas où ses héritiers mâles disparaîtraient :

Et ou le dit René ou aultres enfans masles que mon dit fiz pouroit avoir en loyal mariage decederoit sans enfans males aussi procrées en loyal mariage Je veulx et ordonne que la dicte Renée de Tende fillie aisnée de mon dit filz Claude Comte de Tende et les siens descendants d’elles s’ilz sont masles ou en deffault des masles la fillie aisnée succedent universellement a tous mes dits biens (Archives de Turin, section 1e, cité par Panisse-Passis, p. 267).

Néanmoins, Henrye de Savoie conteste les droits de sa cousine. Plus encore, comme elle a perdu tous ses fils tour à tour, Henrye stipule dans son testament que les enfants de sa fille, Catherine de Lorraine, doivent se substituer à leurs oncles décédés. Entre temps, la marquise d'Urfé échange le comté de Tende contre Bâgé η, que le duc de Savoie η érige en marquisat. Divers documents des Archives de Savoie le prouvent (FRAD73-10F 330. Vue 57. Voir Événements).

Une autre terre fait problème, le comté de Sommerive qui appartenait aussi à Anne de Lascaris η. En 1621, Jacques II η d'Urfé fait valoir ses droits sur ce comté après le décès du dernier fils d'Henrye de Savoie et du duc de Mayenne. Il en obtient l'investiture en 1623. Selon le comte Panisse-Passis, Sommerive reste dans la famille d'Urfé (p. 189).

En fait, les choses ne sont pas du tout si simples. Des documents des Archives de Savoie (FRAD73-4B1049) nous apprennent que le petit-fils d'Henye de Savoie, le duc de Nevers, fils de Catherine de Lorraine et de Charles de Gonzague, réclame Sommerive. Le duc de Savoie η le lui accorde et demande une forte somme d'argent à Jacques η. Celui-ci, mécontent, abandonne la Cour et son poste d'amiral. Il revient en Forez. Comme Honoré d'Urfé est déjà mort, les liens de la famille d'Urfé avec la Savoie se défont.

Madame Maria Barbara Bertini, que je remercie de nouveau ici, résume des renseignements qui se trouve dans la Série Villages, villes et province d’Alba, aux Archives de Turin.

pour des questions de succession, le duc de Savoie η donna le château et les revenus de Sommariva [Sommerive] Bosco en 1613 au duc de Nevers et Rethelois, descendant des Savoie-Tende, au détriment de l’autre descendant, Giacomo (Jacques II η) d’Urfé ; ce dernier fit appel en 1621, et obtint du Sénat un jugement favorable en 1626 ; ensuite, en 1627, il y eut une transaction entre les deux parties et en 1629 Giacomo d’Urfé était encore en possession d’une partie des biens et des revenus de Sommariva.

gen_Savoie

divider

3 SignetLes Ancêtres paternels

Les moments forts de l'histoire de la famille d'Urfé figurent dans Événements. La Biographie d'Honoré d'Urfé est dans un fichier indépendant. La vie de trois des frères d'Honoré, Jacques II η, Christophe η et Antoine η, est résumée dans les Notes. L'aîné, Anne η, a eu son biographe, Claude Longeon. Les filles η d'Urfé ont fait souche en France, en Italie, en Belgique et en Savoie. L'une d'entre elles, Catherine, a laissé deux testaments qui montrent qu'elle a changé d'exécuteur testamentaire, passant de Jacques II η à Honoré en 1613 (Voir Événements). Geneviève η, la fille aînée de Jacques II η, survit grâce à Tallemant des RÉaux (I, pp. 592-593) et grâce à Van Dyck (Voir ce site, 30 septembre 2010). La seconde fille de Jacques, Gabrielle η, nous a donné la quatrième partie de L'Astrée.

La première partie de la généalogie des d'Urfé vient du livre d'Edouard Perroy, Études d'histoire médiévale (p. 730).

genealogie

divider

4 SignetLa Famille de Claude d'Urfé

genealogie_2