Banderole
Première édition critique de L'Astrée d'Honoré d'Urfé


SignetGLOSSAIRE - E

Eau impériale Frottant les temples et le poulx avec des eaux imperiales (III, 7, 309 recto). « Une espece d'eau distillée de noix de muscade, écorce de citron, cloux de girofle, feuilles de laurier, d'hyssope, de thim, de marjolaine, de sauge, de romarin, de lavende, des fleurs d'orange, etc. » (Furetière, Essai d'un dictionnaire, Article Eau). 3
Échafaud « Ouvrage de charpenterie élevé en forme d'amphitheatre pour y placer des spectateurs, afin de voir commodément quelque grande ceremonie » (Furetière). 2
Échafaud Monter dans l'eschaffaut (III, 8, 358 recto). Les dictionnaires donnent monter sur l'échafaud. 3
Effaceure Les effaceures des lettres (III, 8, 335 recto). « Rature » (Godefroy). 3
Effect Quand effet signifie le résultat d'une cause, il n'a pas besoin d'explication supplémentaire. Mais effet peut signifier « Action. Accomplissement, exécution » (Huguet).
- L'Europe attend ces effects (III, Au Roy).
- Faire des grands effects (III, 12, 526 verso).
3
Effect - Il voulut mettre en effet (IV, 1, 8).
« Mettre en effet, reduire en pratique » (Furetière).
- Les affaires [...] esloignoient l'effect des esperances (IV, 4, 779).
4
Effet (d', par) - « D'effet. D'effect. En fait. — C'est peu d'aimer de bouche : il faut aimer d'effet. BAÏF, Antigone, III, 2 » (Huguet).
La locution n'est pas dans Furetière.
- « Par effet. En réalité » (Huguet).
Effait (II, 8, 536). Cette graphie n'est pas dans les dictionnaires.
2
Efforcer « Contraindre à un grand effort, forcer » (Huguet).
Pour Furetière, ce verbe « ne se dit qu'avec le pronom personnel ».
2
Effort « Force, énergie, pouvoir. Violence, dommage » (Huguet). Furetière précise : « se dit aussi des hommes assemblez pour un même dessein. Cette armée va faire ses derniers efforts pour emporter cette place ». 1
Effronté « Qui n'a point de pudeur, hardi à soustenir un mensonge, ou en d'autres mauvaises occasions & indecentes. [...] Ce mot vient de ce que les Medecins appellent l'os coronal, ou l'os du front, sans vergogne ; desorte qu'il semble manquer à ceux qui n'ont point de pudeur. On a appellé dans la basse Latinité infrontatus, pour dire un impudent, qui n'a point de front » (Furetière). 1
Effroyer Le voyant tout effroyé (III, 7, 312 verso). « Effrayer » (Huguet). Il arrive que l'édition de 1621 le remplace par effrayer (III, 12, 541 recto). 3
Égarement Cet égarement d'esprit qui la rendoit presque farouche (IV, 1, 45). « ESGAREMENT. s. m. Erreur où on tombe, & l'incertitude où on est, quand on a perdu son chemin » (Furetière). 4
Élargir « Signifie aussi, Estendre sa domination, sa seigneurie, soit en long, soit en large » (Furetière). 2
Élever Il me fit élever en tous les [..] exercices (IV, 2, 233).
Elever en n'est pas ds les dictionnaires du temps. Furetière donne seulement : « Cette fille a esté élevée en Religion ». Le DMF donne : « Eslever un enfant en qqc. "Donner une formation (en tel domaine)" ». 
4
Éloigner Il ne souffrira jamais que nous vous éloignons (IV, 1, 90).
La graphie seule s'est modernisée. Voir le sens et la construction de Esloigner.
1
Embesoigner Écrit aussi Embesongner. « Embesoigner [Renvoi de : Embesongner]. Occuper » (Huguet). 1
Embonpoint « Bon état, bonne santé, bonne apparence » (Huguet). « Pleine santé qui est accompagnée d'un peu trop de graisse » (Furetière). 1
Embonpoint - Vous maintenir en bon poinct (IV, 4, 766).
« Ce jeune homme est gras, & en bon point » (Furetière).
4
Embrassement « Action d'embrasser » (Furetière). 2
Embrasser « Prendre parti, se resoudre à faire quelque chose. Ce jeune homme a embrassé la vie religieuse, la profession des armes » (Furetière). 2
Embrasser Embrasser l'occasion (III, 4, 163 recto). Saisir l'occasion. 3
Embrouiller « Nuire au pouvoir, à l'influence de » (Huguet). C'est plutôt l'explication de Furetière qui convient : « Mettre de la confusion, du desordre dans une affaire » (I, 4, 101 verso). 1
Embuscher « Se mettre en embuscade, s'embusquer » (Huguet).
Pour Furetière s'embuscher est seulement un « Terme de Venerie, qui se dit des bestes poursuivies qui rentrent, ou qu'on fait rentrer dans le bois ».
2
Emmailloter « Se dit aussi de ceux qui s'enveloppent tellement dans leurs draps, dans leur couverture, dans leurs robbes de chambre, qu'ils n'ont pas le mouvement des bras libre, qu'ils ont de la peine à s'en desbarrasser » (Furetière). Huguet donne seulement Maillotter. 1
Empescher Faire l'empesché. « Empesché. Occupé » (Huguet).
1
Empescher - « Embarrasser, occuper » (Furetière).
Huguet donne « S'empescher à. S'occuper de, travailler à », mais non empêcher à (II, 12, 766).
Celuy que vous m'avez empesché (II, 12, 863). Ce que vous m'avez empêché de faire.
S'empescher que (II, 7, 469) n'est pas dans les dictionnaires.
2
Empescher - Leur empécher de finir (III, 6, 223 recto).
« Empescher (à) qqn à/de  inf. S'opposer à ce qqn fasse qqc., ôter à qqn la possibilité de » (DMF).
3
Empescher - Le Roy demeura bien empesché (IV, 4, 660).
« Embarrasser ». Mais La Curne ajoute : « On s'en servoit encore très souvent en ce sens, avec le pronom personnel ».
- Pourveu qu'elle s'empeschat bien que nous ne fussions trompees (IV, 4, 749).
« S'empescher. Prendre de la peine [...] S'empescher de. Être embarrassé par, gêné par. [...] Empescher peut se construire avec divers temps de l'indicatif et avec le conditionnel » (Huguet).
Dans ce cas, S'empescher signifie se garder.
4
Empirique Medecin empirique (III, 7, 293 verso). « Celui qui tient que la médecine ne consiste que dans l'expérience » (Richelet). 3
Employer « Donner de l'occupation à soy, ou à autruy » (Furetière). 2
Emporter Tout emporté en cette ardente passion (III, 11, 462 verso). « EMPORTER, se dit aussi en parlant des violentes agitations de l'ame » (Furetière). L'édition de 1621 remplace emporté par employé. 3
Empouler « Gonfler » (Huguet). Furetière ne donne pas le verbe mais seulement l'adjectif ampoulé. 1
Empouller Taches rouges [qui] s'empoullerent (IV, 2, 271).
Godefroy donne s'empouller, se faire des ampoules d'eau.
4
Empreindre « Imprimer quelque figure sur quelque chose par le moyen de quelque coin ou cachet » (Furetière). 2
Empunaisir Eaux empunaisies par la puante poix (III, 3, 102 recto). « Emplir d'une mauvaise odeur, infecter » (Huguet). 3
En - « Estre en les dettes de qqn. Être endetté envers qqn » (Huguet).
- « Avoir du malheur en. Sert encore à marquer la manière ou l'état ; & tantôt il se résout par Avec » (Furetière).
- « En campagne. En devant divers mots, au lieu de à accompagné de l'article » (Huguet).
- Mettre en repos duquel [...] remplace mettre au repos duquel [...] (II, 5, 304).
En la main (II, 12, 869). « A devant divers noms communs » (Huguet).
En pitié. (II, 4, 188). En precipice. (II, 10, 636). « Exprimant la manière » (Huguet).
Il n'en tenoit plus la chambre. (II, 11, 701). « A cause de cela » (Huguet).
- « Sur accompagné ou non d'un article » (Huguet). Furetière aussi donne en terre pour sur terre (Article Terre).
- « En. A devant un nom de ville » (Huguet).
- « En devant un nom de pays, au lieu de à accompagné de l'article » (Huguet).
II, 12, 779. « En ma foi. pour dire ma foi. En s'emploie souvent d'une façon pléonastique » (Huguet).
Croire en paroles (II, 12, 802). « En sans article, là où nous employons dans suivi de l'article » (Huguet).
2
En En trahison (III, 4, 156 recto).
« À cause de cela » (Huguet).
En toute façon (III, 3, 80 recto).
« En. exprimant la manière. [...] Dieu ne doibt estre adoré en façon vulgaire, mais en façon esleue et religieuse. RABELAIS, IV, 62 » (Huguet, Article Façon).
En fit signe (III, 2, 45 verso).
- Il y en avoit tousjours quelqu'un
. (III, 5, 201 verso).
- Le grand nombre qu'il y en a (III, 5, 210 verso).
- La force à laquelle si tu en veux user [...] je m'y opposeray (III, 8, 360 recto).
- Elle vit en escrit (III, 9, 377 verso).
« Pléonastique » (Huguet).
- En la suite (III, 6, 233 verso). « Dans » (Huguet).
- En dessein de (III, 6, 242 recto). Pour.
- Être en impatience (III, 11, 460 recto). Huguet donne « en patience ».
En rendre service (III, 12, 535 recto). « Pour cela, à cet effet » (La Curne).
3
En - D'aujourd'huy en huict jours (IV, 2, 267).
L'expression est dans Furetière (Article Aujourd'huy).
- N'ay-je pas raison d'en craindre tous les autres (IV, 2, 350).
Pléonastique.
- Aller en son logis (IV, 4, 791).
« Jointe aux verbes de mouvement, elle indique le lieu : c'étoit l'indè des latins » (La Curne).
- Frapper du pied en terre (IV, 4, 795).
« Proche de "sur", comme c'est parfois le cas en lat. [...] En terre et en mer » (DMF).
- J'estois la plus occupee en ce que je dis (IV, 4, 875).
« Par » (La Curne).

Devant les noms de lieu, Richelet explique : « En ou dans. Ces prépositions se mettent devant les noms qui ne sont pas de province, et qui sont féminins, mais dans n'y est plus usité ».
4
En çà - En çà... en là. « D'un côté... de l'autre » (Huguet, Article Ça). « Depuis deux ans en çà, c'est à dire, les deux dernieres années » (Furetière). 1
En çà - « En çà. Avant le temps présent » (Huguet). 2
En ce que Parce que, puisque. 2
En façon que Je le traitteray en façon qu'il n'y retournera pas (III, 1, 5 verso). « De telle sorte que » (Huguet). 3
En fuir « S'en fuir [...] - Mais où s'en est fuïe La grace evanouïe Ou l'atrait gracieux Qui regnoit en tes yeux ? BAÏF, Diverses amours, L. III (I, 391). - Il s'en est fuï. BAÏF, l'Eunuque, V, 1 » (Huguet). 2
En fuisse Verbe S'enfuir à l'imparfait du subjonctif. 1
En garde La Vestale qui estoit en garde (III, 2, 30 recto). De garde. « Un tel regiment est aujourd'huy de garde, entre en garde, monte, descend, releve la garde » (Furetière). 3
En là - « En ce lieu » (Huguet). 1
En là - « Plus en là. Plus loin » (Huguet). 2
En suitte de Ce qu'il fit en suitte de ce dessein (III, 12, 523 recto). « Des grammairiens ont repoussé la locution ensuite de comme vieillie et hors d'usage ; Pascal, Bossuet, Mme de Sévigné s'en servent couramment, et rien n'empêche de les imiter » (Littré). 3
En tant que « Parce que » (Huguet). 2
En tant que Ne croyez point que j'y faille, sinon en tant que la puissance me manquera (III, 4, 131 verso). « Autant que » (DMF). 3
En terre Se laissant aller en terre (IV, 2, 201).
Sur la terre. Furetière donne « Dieu est descendu en terre » (Article Terre), et Richelet « donner du nez en terre », tomber (Article Terre). « Aujourd'huy en terre demain enterré. To day on the earth, to morrow in it » (Cotgrave).
4
En venir Je suis d'advis que ce soir mesme vous vous en veniez avec moy (III, 12, 549 verso). « S'en venir. Venir, revenir » (DMF). 3
En volonté Il fut deux ou trois fois en volonté de se faire voir à luy (III, 1, 20 verso). En voulant. Nicot donne la locution : « Il fera ce qu'il luy viendra en volonté et à plaisir ». « Avoir qqc. en volonté. Vouloir qqc. » (DMF). 3
Enceindre La Seine enceint de ses deux bras (III, 12, 510 verso). « Entourer » (Furetière). 3
Encens masle « Substance résineuse aromatique, de saveur âcre, qui brûle en répandant une odeur pénétrante. Encens indien ou encens mâle : l'oliban, provenant de la botwellia, plante d'Éthiopie » (Le Grand Robert). 1
Enclouer Le cheval estoit encloüé (IV, 4, 725).
« ENCLOÜER, se dit aussi d'un cheval qui a pris un clou de ruë, ou qui a été picqué d'un clou par un Mareschal ignorant qui le vouloit ferrer » (Furetière).
4
Encoigneure « L'angle, le coin où aboutissent deux ruës, deux surfaces de muraille, ou d'autres corps » (Furetière). 1
Encore - Encore ne vous ay-je accordé que le reste de ce jour (III, 10, 448 recto). « Jusqu'à present » (Furetière). 3
Encore - Je ne croy pas que sans la survenuë de mon pere, il eust encore cessé de me remercier (IV, 2, 299).
Il n'aurait pas encore cessé. « Yet, as yet, even yet » (Cotgrave).
4
Encore que J'aymerois mieux ce party que celuy de Periandre, encore qu'il n'eut pas esté traistre (IV, 2, 301).
« En plus de cela que » (DMF).
Baro ne corrige pas cet archaïsme. Dans toutes les autres occurrences, encore que a son sens moderne (par exemple IV, 2, 336).
4
Encores « A cette heure » (Huguet). 2
Encourir I, 4, 108 recto. Souvent écrit en deux mots alors que les dictionnaires favorisent encourir en un mot.
S'encourir signifie ici « Se mettre à courir, se précipiter » (DMF).
1
Encourir - « Tomber dans la disgrace d'un superieur, meriter les peines portées par la loy, ou le reproche public » (Furetière). 2
Encourir - Ils s'en courent à la haïne (IV, 1, 83).
D'Urfé donne au verbe le sens qu'il a chez Huguet : « Tomber. Arriver, advenir ».
- Elle s'en courut du costé où elle avoit veu (IV, 1, 156).
4
Endolu Du verbe Endoloir (s') au participe passé. « Souffrir. Endolori, qui éprouve une douleur ».
Huguet donne deux exemples, tous deux tirés de L'Astrée :
— « La ou l'espoir peut seulement lecher nostre playe, elle n'est aussi tost plus endolue » (I, 12, 402 recto).
— « Celidee de qui les playes envenimees s'estoient bouffies et endoluës de façon qu'elle en avoit la fiebvre » (II, 11, 705).
1
Endurant L'estranger qui n'estoit guere endurant de son naturel (III, 6, 221 verso). « Patient » (Furetière). 3
Enfant d'honneur Il fut nourry enfant d'honneur aupres de ce jeune Prince (III, 12, 509 recto). « Enfants d'honneur, sont les jeunes Gentilshommes qu'on donne aux Princes pour leur servir de Pages » (Furetière). 3
Enfants perdus « On appelle enfans perdus, ceux qu'on expose les premiers pour monter à une bresche » (Furetière). Voir Perdu. 1
Enfin Vous faites plus pour moy que pour tout autre : mais que me vaut cela, si enfin vous ne faites rien pour personne (III, 5, 198 verso). « À la fin » (Richelet). 3
Enflambé « Enflammé » (Huguet). 1
Enflé Avoir le cœur enflé. « La naissance hausse le cœur, enfle le cœur des Gentilshommes » (Furetière). Mais chez d'Urfé, il s'agit plutôt de ressentiment : « Elle avoit le cœur si enflé de ceste offense » (I, 9, 282 recto). 1
Engeance Cette engeance d'erreur (IV, 1, 44). Les hommes. « ENGEANCE, se dit figurément des hommes meschans. JESUS-CHRIST appelloit les Pharisiens engeance de viperes, en St. Matthieu » (Furetière). 4
Engraver « Signifie aussi, Graver profondément. Il faut avoir les commandements de Dieu engravez dans sa memoire. Il ne se dit gueres qu'en cette phrase figurée » (Furetière). Pour Huguet, c'est simplement un synonyme de graver, comme chez d'Urfé (II, 3, 174). 2
Énigme Si vous ne m'expliquez d'autre sorte cet Enigme (III, 5, 196 recto). Substantif masculin dans Huguet aussi. Il appartient aux deux genres dans Richelet, mais il est seulement féminin dans Furetière.
Dans la première partie également, énigme était du masculin (I, 10, 310 verso).
3
Enjoindre Enjoignant les mains (IV, 2, 159).
Huguet donne « s'enjoindre », synonyme de se joindre.
4
Enlever Les mougnons enlevez en muffles de lyons (III, 1, 14 verso). « Formant un relief » (Huguet). 3
Ennui « Affliction, douleur, tristesse » (Huguet). 1
Ennuyer « Être ennuyeux, pénible à, ennuyer » (Huguet). 1
Ennuyeux « Affligeant, douloureux, pénible » (Huguet). 2
Ennuyeux Pour ne vous estre trop ennuyeux, par un si long discours (III, 6, 248 recto). Cette fois, ennuyeux a certainement son sens moderne. De Ennui, « Chagrin, fâcherie que donne quelque discours, ou quelque accident desplaisant, ou trop long » (Furetière). 3
Enquérir Ce verbe n'est pas toujours pronominal. « Chercher. Interroger, questionner » (Huguet). 1
Enquester (s') « Ne se dit qu'avec le pronom personnel. C'est la même chose que s'enquerir » (Furetière). 2
Enquisse Subjonctif imparfait du verbe Enquérir. 3
Enragerie « Emportement, fureur » (La Curne). 2
Enseigne Les Enseignes conquises [...] qu'on portoit trainantes par terre (III, 12, 507 verso). « ENSEIGNE, est aussi un signe militaire sous lequel se rangent les soldats, selon les differens corps dont ils sont, ou les differents partis qu'ils suivent. [...] Celles des Europeans sont des drapeaux de taffetas marqués de diverses figures, couleurs, armes & devises » (Furetière). 3
Ensemble En même temps (I, 6, 160 verso). Huguet donne seulement deux explications : « avec » et « d'avec ». 1
Enserrer « Enfermer » (Huguet). Verbe remplacé dans l'édition de 1621 (I, 7, 207 verso). 1
Ensuivre Furetière donne s'en ensuivre : « Quand on pose une chose absurde, mille absurditez s'en ensuivent ». 1
Entant que Entant qu'elle vous touche (IV, 3, 428).
En tant que. « ENTANT QUE. adv. qui sert à distinguer ou à restraindre quelque proposition. [...] Il est quelquefois conjonction, & signifie, Parce que » (Furetière).
4
Entendement Je crois que l'entendement m'eût tourné (II, 1, 49).
« On dit aussi, Cela me feroit tourner l'esprit, pour dire, Cela me feroit devenir fou » (Furetière, Article Tourner).
Tourner signifiant « Gaster » (Furetière), l'entendement tourné est une image originale.
2
Entendre « Prester l'oreille » ou « Comprendre, penetrer dans le sens de celuy qui parle, ou qui escrit » (Furetière). 1
Entendre - Ce que vous voulez entendre (IV, 4, 756).
« Faire entendre, enjoindre » (La Curne).
- Il n'y vouloit plus entendre (IV, 4, 864).
« ENTENDRE, signifie encore, Prester l'oreille, consentir à quelque proposition » (Furetière).
4
Entendu I, 10, 322 recto. « Homme très-entendu instruit » (Furetière). 1
Ententive « Attentif » (Huguet). 1
Entier « Intègre » (Huguet). 2
Entier La plus entiere folie qui fut jamais (III, 9, 367 recto). « Complet [...] s'applique aussi aux choses morales » (Dictionnaire de l'Académie, 1694). 3
Entièrement Entierement amoureux (III, 12, 520 verso). « Tout-à-fait » (Richelet). 3
Entour « Entourage » (Huguet).
1
Entour Alentour est écrit à l'entour. « Entour : Autour, alentour, aux environs » (Huguet). 2
Entourner « Entouré » (Huguet). 1
Entre Regarder entre les yeux (IV, 4, 651).
« On dit aussi, Regarder entre deux yeux, ouvrir des yeux grand comme une saliere, pour dire, regarder un homme attentivement » (Furetière, Article Oeuil).
4
Entre-aymer (s') Nous nous entre-aymions (III, 2, 54 verso). « Ont coutume de s'aimer » (Huguet). 3
Entre-deux - Entre-deux du nez (I, 11, 376 recto), espace entre la lèvre et le nez. L'entre-deux signifie « Partie qui est au milieu de deux choses, avec lesquelles elle a relation ou contiguité » (Furetière).
1
Entre-deux - Être entre deux (II, 3, 157). « Dans l'indécision, l'hésitation » (Huguet). 2
Entre-deux - Un petit entre deux fait de claye où il se coucha sur de la paille (IV, 4, 908).
« Petite cloison, séparation intérieure » (Godefroy).
4
Entredire « Dire réciproquement quelque chose l'un à l'autre » (Littré). Furetière signale ce verbe (Article Entre). 1
Entrée III, 8, 343 verso. Entrée signifie « Solemnelle réception et ceremonie qu'on fait dans les villes aux Rois [...] lorsqu'ils viennent triomphans de quelque grande expedition » (Furetière). Faire entrée (sans préposition) est construit comme Donner entrée et Avoir entrée. 3
Entrelasser « Intercaler » (Huguet). 1
Entre-ouïr Écrit de diverses manières. La graphie varie dans les dictionnaires aussi : « entreouïr » (Dictionnaire de l'Académie, 1762), « entrouïr » (Richelet) et « entr'ouïr » (Nicot, Cotgrave).
« Entendre à demi, faiblement, de temps en temps, tout à coup » (Huguet). « Ouïr imparfaitement quelque chose » (Furetière).
1
Entreprendre - « S'exposer à. Se charger de » (Huguet).
Entreprendre une femme (I, 8, 246 recto) signifie plutôt « Avoir dessein de ruiner quelqu'un, l'assaillir de tous costez, luy faire tout le mal qu'il est possible » (Furetière).
1
Entreprendre - Dans la deuxième partie, entreprendre une femme est bien moins dramatique (II, 4, 260). 2
Entreprendre - Dans la troisième part, entreprendre une femme peut être peu honorable (III, 3, 115 recto) ou même criminel (III, 12, 549 verso). 3
Entreprendre - Dans la quatrième partie, les conséquences sont néfastes.
Combien de peine et d'incommodités r'apporte-il à la malheureuse fille qui l'a [sic] entreprise (IV, 1, 82).
Le DMF ne donne pas entreprendre une femme, mais « Entreprendre qqn. "Prendre qqn en charge" ».
Richelet donne pour entreprendre quelqu'un « le pousser, le mettre à la raison ».
4
Entreprise - « Resolution hardie de faire quelque chose » (Furetière).
1
Entreprise - « En termes de Guerre, se dit d'un dessein qu'on forme, du devoir où on se met de surprendre, de conquerir une place, une Province, d'enlever un quartier, &c » (Furetière).
- La forme Entreprinse, qui se trouve dans La Curne, figure seulement en 1610 (II, 11, 734).
2
Entrer - « Enter en paroles. Entrer en discours. Entrer en conversation » (Huguet).
- Entrer en jugement (II, 8, 524). Être jugé. L'expression n'est pas dans les dictionnaires.
Entrer en différent (II, 7, 464). Être d'avis contraire. L'expression n'est pas dans les dictionnaires.
2
Entrer - Entrer en cette preuve (III, 9, 380 recto). Subir une épreuve.
Entrer en opinion (III, 12, 502 recto). Croire. L'expression est construite comme « Avoir, prendre en opinion. Etre favorable à, favoriser » (Huguet).
3
Entrer - Entrer en jalousie (IV, 2, 264).
« S'engager dans un état, une situation, un mode de vie, une activité [...] Entrer en mariage » (DMF).
- Entrer en confiance de quelqu'un (IV, 4, 671).
Se fier. Comme le note Richelet, « ce mot au figuré a plusieurs belles significations ».
4
Entrer sur Entrer sur les remerciemens (III, 3, 73 recto). Commencer. L'expression n'est pas dans les dictionnaires. 3
Entresuite « Suite, succession » (Huguet). 2
Entretenir Que les choses insensibles [...] soient unies et entretenuës ensemble (III, 4, 168 verso).« Tenir une chose liée, assemblée » (Furetière).
Tous les solduriers et gens de guerre entretenus (III, 6, 262 verso). « Desfrayer » (Furetière).
Je me suis venuë entretenir le long de ce petit ruisseau (III, 10, 438 recto). « Amuser » (Furetière).
3
Entretenir - Si nous l'eussions autant entretenu que vous (IV, 3, 577).
« Action de tenir » (Huguet). Tenir le lit. Le pronom le, complément direct de entretenir, est mis pour lit.
4
Entretindrent Verbe Entretenir au passé simple. 4
Entr'eux Faisant dessein de demeurer encores entr'eux (III, 11, 459 verso). « ENTRE, signifie quelquefois, Parmi, au nombre » (Furetière). 3
Entrevoir « Apercevoir » (Huguet). 2
Envelopper C'est la misere commune qui les enveloppe dans le nombre des mal-heureuses (IV, 3, 458).
« ENVELOPPER, signifie encore, Entourer, enfermer » (Furetière).
4
Envers Mériter (ou démériter) envers quelqu'un. Furetière signale cette expression à l'article Démériter. 1
Envers Propices envers Tautates (III, 8, 357 verso). « Auprès de » (La Curne). 3
Envers Il a acquis cette reputation envers tous (IV, 2, 256).
« Auprès, au prix, en comparaison » (La Curne).
4
Envie Avoir envie au bon-heur de ton aisle (III, 12, 514 verso). « Avoir envie à. Avoir envie de » (Huguet). Ce vers est dans un sonnet supprimé dans l'édition de 1621. 3
Envieillir « Devenir vieux ou paroistre vieux » (Furetière). 1
Envier Tu luy envies la part (IV, 3, 526).
Envier quelque chose à quelqu'un. « Ne pas accorder, refuser (qqch.). — REM. S'est employé surtout en négation ou en interrogation » (Le Grand Robert). Mais dans L'Astrée, Envier est à la forme affirmative.
4
Envieux En ces dons le Ciel est envieux (III, 4, 146 verso). « Désireux » (Huguet). 3
Environner « Aller autour » (Huguet). 2
Envoyer « Despecher quelqu'un vers quelque lieu pour y faire un message, ou pour quelque autre dessein » (Furetière). D'Urfé n'ajoute pas de complément d'objet direct (II, 4, 230). 2
Envoyer - Vous envoyez vers luy (IV, 4, 839).
« Le compl. d'obj. (messager, ambassadeur...) n'est pas exprimé » (DMF).
4
Envy « A l'envi de. En rivalisant avec » (Huguet). 1
Éprandre Éprandre ce feu qu'ils nommoient sacré (III, 2, 30 recto). « Esprendre. Enflammer » (Huguet). 3
Eprit I, 7, 211 recto. Du verbe Éprendre au passé simple. « Enflammer » (Huguet). 1
Equipage « Provision de tout ce qui est necessaire pour voyager, ou s'entretenir honorablement, soit de valets, chevaux, carrosses, habits, armes, &c. » (Furetière). Ni Furetière, ni Huguet ne donnent l'expression qui est chez d'Urfé : être au mesme equipage (I, 11, 375 verso), être habillé de la même manière. 1
Erre - « Action de cheminer, course, chemin, route » ;
« Façon d'agir, manière » (Huguet).
Pour Furetière, « ne se dit qu'en ces phrases : Aller grande erre, Aller belle erre, pour dire, Aller bon train ».
- « Arrhe » (Huguet). Substantif de 1610 remplacé en 1621 par erre (II, 12, 801).
2
Errer « Se tromper » (Huguet). 1
Erreur « Détour, circuit » (Huguet).
• Ce substantif féminin dans la première partie de L'Astrée de 1607 est masculin en 1621.
• Dans La Sylvanire, il est tantôt masculin, tantôt féminin (p. 123).
• « Amyot a tousjours fait erreur, masculin, & aujourd'huy il n'est que feminin » (Vaugelas, p. 130).
1
Erreur • « Erreur 1 (masc.) - Et moy, en disant cecy, je tombe au mesme erreur. » DU FAIL, Contes d'Eutrapel, 27 (II, 83). Huguet ajoute que « dans une même phrase on trouve erreur féminin, puis masculin ».
• Substantif variable dans la deuxième partie en 1610 et en 1621.
• L'édition de 1610 donne ceste erreur et l'edition de 1621 le remplace par cest erreur (II, 2, 97).
J'ay esté en erreur (II, 11, 734). Être en erreur n'est pas dans les dictionnaires.
2
Erreur Dans la troisième partie, une seule fois, Erreur, féminin en 1619, passe au masculin en 1621 (III, 5, 200 verso). Dans toutes les autres instances, erreur reste au féminin. 3
Erreur Le mot Erreur étant toujours au féminin ne renvoie pas au glossaire. 4
Esbranler Je fus quelquefois esbranlé de les suivre (III, 6, 248 verso). « Mettre en bransle » (Furetière). Nous dirions Tenter. 3
Escadron Écrit aussi Esquadron. « Troupe de soldats, de combattants » (Huguet).
Huguet cite un texte curieux : « A mon grand regret diray cavallerie, infanterie, enseigne colonnelle, esquadrons, au lieu de chevalerie, pietons, enseigne coronale, bataillons : mais pourtant si en useray-je, puis que l'usage commun l'a gaigné. E. PASQUIER, Lettres, II, 2 ».
1
Escaille Une cotte d'armes en escaille (IV, 3, 366).
« ÉCAILLE, se dit aussi des pieces de fer qui composent une armure, des tassettes qui sont au bas des cuirasses, qui sont posées l'une sur l'autre en guise d'écailles » (Furetière).
4
Escarmoucher « Faire une escarmouche » (Huguet). Furetière précise : « On escarmouche long-temps, avant que de livrer une bataille ». 1
Escarter « Esloigner, separer, mettre à part » (Furetière). 1
Eschafaut « Échafaudage, estrade, gradins » (Huguet). 1
Eschançon « Officier qui presente à boire aux Rois, aux Princes » (Furetière). 1
Eschancrure « Couppe faite en croissant » (Furetière). 2
Eschange « Eschange. Changement » (Huguet). 1
Eschapper - Il ne pouvoit s'empescher d'eschapper bien souvent en ses responces (III, 2, 40 verso). « On dit aussi, qu'un mot est eschappé par mesgarde, pour dire, qu'on a eu l'imprudence ou l'indiscretion de dire quelque chose secrette, choquante ou nuisible » (Furetière).
- Eschapper semblables fortunes (III, 8, 350 verso). Huguet donne plusieurs exemples où eschapper est transitif direct.
3
Eschapper - Pour peu que le pied eschappe l'on tombe (IV, 3, 528).
Eschapper peut signifier « laisser tomber par mégarde », ici il signifie glisser ou perdre pied
4
Escharpe Les escharpes en broderie r'attachees à gros chattons sur l'espaule (IV, 4, 715).
« Morceau de tafetas long d'une aune, ou un peu plus & large d'un quartier dont on se sert pour parade, ou pour soutenir le bras quand on y est incommodé [...] Avoir l'esprit en écharpe, c'est être un peu fou » (Richelet).
La définition que donne Furetière s'applique plutôt au moderne foulard.
4
Eschauffement La peine du combat et l'eschauffement de la visiere abatüe à cause de l'haleine (III, 6, 227 verso). « L'action d'échauffer, ou l'effet de cette action » (Dictionnaire de l'Académie, 1762). 3
Eschelle Brancard. Les dictionnaires ne signalent pas ce sens (ou cette utilisation ?) de eschelle, qui est simplement une « Machine de bois composée de deux longues branches traversées d'espace en espace par des bastons » (Dictionnaire de l'Académie, 1694). 2
Escheller Escheller les cieux (IV, 1, 107).
« Attaquer, prendre d'assaut par escalade, envahir par escalade » (Huguet).
4
Eschoir « Échoir. Se présenter » (Huguet). 1
Escient - « A bon escient. Réellement » (Huguet).
- « Pleine connoissance de ce qu'on fait, ou qu'on veut faire, serieusement & tout à bon » (Furetière).
2
Esclairer Le soleil qui leur esclaire (III, 10, 448 recto). « Esclairer à. Éclairer » (Huguet). 3
Esclarcir III, 4, 168 recto ; III, 7, 284 recto. Cette graphie que l'on rencontre dans l'édition de 1621 seulement se trouve dans Huguet. Elle remplace le esclaircir qui figure dans l'édition de 1619.
Même situation dans la première partie : le esclaircir de 1607 devient esclarcir en 1621 (I, 11, 376 verso). La deuxième partie en revanche ne connaît que esclaircir (II, 3, 153).
3
Esclore Il n'y a point de doubte que desja il eust esclos sa trahison (IV, 5, 930).
« Commencer à paroître au monde » (Furetière).
4
Escouler « Passer [le temps] » (Huguet). 2
Escouter Faut-il encore escouter ses appas (III, 1, 15 verso). « Se dit aussi en choses morales, pour dire, Se laisser persuader, se rendre à quelque raison » (Furetière). 3
Escrire Les gardes alors les escrivirent (IV, 3, 488).
« Inscrire » (Huguet).
4
Escritoire Ce qui sert à écrire ou le lieu où l'on écrit. Huguet fait de ce mot un adjectif surtout, mais donne un exemple où escritoire est un substantif masculin. Furetière en fait un substantif féminin : « Espece d'estuy où l'on serre les choses necessaires à escrire ». 1
Escriture « Calligraphie mais peut aussi signifier. Escriture. Écrit, livre » (Huguet). 2
Escuelle Il leur donnoit dans des escuelles de bois quelque laict à manger (IV, 4, 898).
« Utencile de table, petit plat sans bord qui sert d'ordinaire à prendre un bouillon, ou à preparer du potage pour quelqu'un en particulier » (Furetière). L'écuelle n'est pas réservée aux pauvres : « On dit aussi de celuy qui a beaucoup herité, qu'il a bien pleu dans son escuelle » (Furetière).
4
Escuyer « Titre qui marque la qualité de Gentilhomme, & qui est au dessous du Chevalier. [...] On a fait la recherche des Nobles, & on a fait des taxes sur ceux qui avoient usurpé la qualité d'Escuyer. On appelloit aussi autrefois Escuyers, les jeunes Seigneurs qui n'estoient pas encore faits Chevaliers. Ce mot vient du Latin scutum ou scutarius ou scutiger, à cause que les Escuyers portoient l'escu des Chevaliers dans les behours & tournois. [...]
ESCUYER, est aussi le Gentilhomme servant d'un Chevalier, qui l'accompagne à l'armée & en toutes ses entreprises. Tous les Heros de Roman estoient toûjours suivis de leur Escuyer. Dom Quichote même avoit Sancho Pansa pour son Escuyer. Ce mot ne vient pas d'escu, scutum, comme ont crû quelques-uns, mais de equus ; & ceux-cy s'appelloient autrefois Equyers, & avoient soin des équries seulement » (Furetière).
Cotgrave donne ce curieux proverbe : « Pour l'amour du Chevalier baise la Dame l'escuyer. Pro. Wherein his worship is, often, but little beholden to her Ladieship ».
3
Escuyerie Je portay dans une escuyerie deshabitee (III, 8, 340 recto). La Curne donne « Escuyrie ». 3
Escuyrie Descendans tous trois dans l'escuyrie (III, 12, 541 recto). Graphie que donne Huguet (Article Escuyer). Remplacée par escurie en 1621. 3
Esgard « Respect, consideration » (Furetière). 2
Esgarer « Ecarté, éloigné » (Huguet). 2
Esguière « AIGUIERE. s. f. Vaisseau rond, & quelquefois couvert, propre à servir de l'eau sur la table » (Furetière). 1
Eslancer [Moi] Qui ne suis eslancé que par le clein des yeux (III, 3, 87 verso). « Lancer » (Huguet). 3
Eslans Se souslever à eslans. Gicler. L'expression n'est pas dans les dictionnaires. 1
Eslever (s') Si tous les Vacies en s'eslevant ne se fussent opposez au Roy (III, 8, 360 verso). « ÉLEVER, signifie aussi, Se revolter, se declarer contre quelqu'un. Il ne faut jamais s'élever contre son Prince » (Furetière). 3
Esloigner Esloigner pour quelque temps les lieux (III, 4, 159 recto). « S'éloigner de » (Huguet). 3
Esloignier « S'éloigner de » (Huguet). 2
Eslongnement L'eslongnement estoit le meilleur remede (III, 7, 301 recto). Cette forme archaïque est remplacée par Esloignement en 1621. 3
Eslongner « Verbe transitif. Esloigner. Éloigner » (Huguet).
• Verbe beaucoup plus fréquent en 1610 qu'en 1621, et remplacé quelquefois par esloigner dans l'édition de 1621.
2
Eslongner Dans la troisième partie aussi, l'eslongner de 1619 est remplacé en 1621 (III, 8, 356 recto). 3
Esmouvoir - « Exciter, engager, pousser à » (Huguet).
- « Se dit figurément en Morale des passions. La science d'un Orateur est de bien sçavoir esmouvoir les passions » (Furetière).
2
Esmouvoir Émeuë à pitié du mal qu'elle luy avoit fait (IV, 2, 171).
« Esmouvoir qqn à/en tel sentiment. "Provoquer (tel sentiment) chez qqn, pousser qqn de façon à le mettre (dans tel état pychologique)" » (DMF).
Richelet ignore émouvoir à. Il note à l'article Émouvoir : « Prononcez comme un a l'e de la prémiere silabe des mots de cette colonne ».
4
Espace « Espace (fém.) » (Huguet). 2
Espais (subs.) Dans l'espais de tes retraittes (III, 12, 514 verso). « Employé comme substantif » (Huguet). 3
Espancher Écrit aussi Epancher. « Répandre » (Huguet). 1
Espandre « Jetter çà & là » (Furetière). 1
Espandu Répandu. « Jetter çà & là » (Furetière). 1
Espargner à Espargner [le guy] en nos sacrifices, ny à nous, ny à nostre bestail (III, 11, 452 recto). « On le construisoit avec le datif : Espargner aux neveux » (La Curne). 3
Espars « Parsemé » (Huguet). 1
Espaules Plier les espaules : « Un homme foible opprimé par un puissant n'a qu'à plier les espaules, hausser les espaules, souffrir & se taire » (Furetière). L'expression n'est pas dans Huguet. 1
Espèces « ESPECES, en termes d'Optique, se dit des rayons de lumiere diversement refleschis par l'inegalité de la surface des corps, & qui font des impressions sur la retine de l'oeuil, qui sont causes de la vision » (Furetière). 2
Espérance L'esperance de mon mariage (IV, 4, 736).
« Attente. Possibilité » (Huguet).
4
Espérer de Espérer. « Ce verbe se construit quelquefois avec la préposition de, particulièrement quand il est à l'infinitif, & que le verbe qui le suit immédiatement est aussi à l'infinitif. Peut-on espérer de vous revoir encore aujourd'hui ? » (Dictionnaire de l'Académie, 1762).
Espérer de (ou désespérer de) est un peu plus fréquent dans la deuxième partie (10 fois) que dans la première (9 fois).
2
Espérer de Elle esperoit de faire haster (III, 1, 4 verso).
Espérer de
revient 17 fois dans la troisième partie.
Espere d'avoir est dans Richelet (Article Prétendre). Espérer de est aussi dans Malherbe (Brunot, III, p. 556).
3
Esperon « Se dit aussi de la prouë & de la pointe des vaisseaux & galeres, qui fait une grande saillie & avance en mer » (Furetière). 2
Espie J'ay eu advis par mes espies (III, 3, 111 verso). « Espion » (Huguet). « On se sert plustost aujourd'huy du mot d'espion » (Furetière). 3
Espier « Chercher à voir » (Huguet). 2
Espieu « Arme faite en forme de hallebarde, qui est garnie par un bout d'un fer large & pointu, qui sert particulierement à la chasse du sanglier » (Furetière). 1
Espineux - La Philosophie est espineuse (L'Autheur à la riviere).
Un esprit si espineux et si mordant (III, 7, 278 verso). « Plein de difficulté, d'embarras. Un homme espineux. Un esprit espineux [...] la Logique, la Grammaire est fort espineuse » (Dictionnaire de l'Académie, 1694).
Antres espineux (III, 7, 288 verso). « Qui a des piquants » (Dictionnaire de l'Académie, 1694).
3
Espouvantement « Épouvante » (Huguet). 2
Espreuver Cette graphie archaïque est quelquefois remplacée par Esprouver en 1621 (III, 9, 391 recto). Vaugelas (p. 134) préfère la forme avec o. 3
Esprouver « Experimenter, essayer la bonté d'une chose » (Furetière). 2
Essai « Action par laquelle on taste, on examine une chose, pour en connoistre la qualité » (Furetière). 1
Essaissions Verbe Essayer à l'imparfait du subjonctif. On dirait aujourd'hui essayassions. 1
Essayer Essayer la volonté du peuple (III, 12, 546 verso). « Éprouver, subir » (Huguet). 3
Essayer (s') Tu t'essayes de les guerir (III, 3, 105 recto).
Ce sera chose bien difficile, si je ne m'essaye de le faire (III, 8, 341 recto).
« S'essayer de. Essayer de » (Huguet).
3
Essor Je m'en allois à l'Essor (III, 8, 332 verso). « À l'essor. À l'air, au vent » (Huguet). Cotgrave donne Aller à l'essor, « To goe out ». 3
Establir Establissez et ordonnez de moy et de ma fortune ce que vous voudrez (III, 4, 167 verso). « Décider » (Huguet). 3
Establissement « Action par laquelle on fonde, on establit » (Furetière). 2
Estancher Le sang s'estanche (III, 6, 239 recto). « S'arrêter, cesser » (Huguet). Furetière donne au verbe sa signification moderne : « Appaiser la soif ». 3
Estat - Faire estat : « Se dit de la pensée, de l'estime, de l'opinion qu'on a de quelque chose » (Furetière).
Les Estats : « Differens ordres du Royaume qu'on a fait assembler quelquefois pour reformer les desordres de l'Estat, pour appaiser les troubles de l'Estat » (Furetière).
• Les États généraux se tiennent cinq fois au XVIe siècle. Leur dernière assemblée, en 1593, aboutit à la conversion du futur Henri IV. Ils se réuniront ensuite en 1614 à la majorité de Louis XIII.
1
Estat Faire estat que je ne suis point au monde (II, 11, 723). « Faire estat que. Penser que » (Huguet). 2
Estat - Il laissa l'administration des Estats aux Druydes et aux Chevaliers Gaulois (III, 3, 90 recto). « Royaume, Provinces ou estenduë de pays qui sont sous une même domination » (Furetière).
- Quel estat je pouvois faire de luy (III, 3, 64 verso).
L'estat et la vie du grand Thautates (III, 3, 90 recto).
En quel estat vous m'avez mise (III, 3, 110 verso). « ESTAT, signifie aussi la qualité, la nature & la constitution presente de quelque chose » (Furetière).
Il me feroit paroistre l'estat qu'il faisoit de mon merite (III, 8, 343 verso).
« ESTAT, se dit aussi de la pensée, de l'estime, de l'opinion qu'on a de quelque chose » (Furetière).
- Estat de Chevalier (III, 6, 222 verso).
« ESTAT, se dit encore des differens degrez ou conditions des personnes distinguées par leurs charges, offices, professions ou emplois » (Furetière).
3
Estat - Toutes en estat de danser (IV, 4, 669).
« En disposition » (Furetière).
4
Estendue Dans l'estenduë de leur hameau (III, 6, 260 recto). « Extension » (Huguet). 3
Estimer - « Faire cas de, prendre en considération » (Huguet).
1
Estimer - « Avoir quelque opinion, quelque croyance d'une chose bien ou mal fondée » (Furetière). 2
Estomac « Poitrine » (Huguet). 1
Estonnement « ESTONNEMENT. s. m. Action ou effet qui cause de la surprise, de l'admiration » (Furetière). 1
Estonnement Son estonnement procedoit de ce mal (IV, 1, 45). « Épouvante, sorte de surprise étonnante » (Richelet). 4
Estonner « Ébranler, étourdir, paralyser » (Huguet). Dans certains cas, pour mieux comprendre le verbe ou ses dérivés, il faut se rappeler qu'ils viennent de tonnerre. « Du lat. ex-tonare, ébranler comme par un coup de tonnerre » (Littré).
Sans s'estonner signifie sans avoir peur.
1
Estourdie Parler à l'estourdie (IV, 4, 811).
« On dit aussi adverbialement, Faire une chose à l'estourdie, pour dire, brusquement & sans reflexion » (Furetière).
4
Estourdir « Causer une émotion ou déreglement dans le cerveau, ou dans les sens, qui les empesche de faire bien leurs fonctions » (Furetière). II
Estrange « Étranger. (En parlant d'un pays.) » (Huguet). 2
Estrange Cet homme n'est pas si estrange (IV, 2, 314).
« Il signifie figurément, Qui n'est pas dans l'ordre & dans l'usage commun » (Furetière).
4
Estre - Aussi-tost qu'il est jour (III, 10, 438 recto). On trouve « Il est jour » dans le Dictionnaire de l'Académie, 1694 (Article Jour). 3
Estre - Tu as dit [...] justement ce qui en est (IV, 3, 465).
« Ce qui en est, la réalité, la vérité » (Littré).
4
Estre à - Si c'eust esté à mon choix (IV, 2, 324).
Les dictionnaires donnent seulement « Estre en mon choix » (DMF). Mais on rencontre aussi une construction qui évoque celle de L'Astrée : « Remettre à son choix » (Dictionnaire de l'Académie, 1694, Article Choix).
- C'est à Dorinde maintenant à resoudre (IV, 4, 819).
Après estre, le premier à indique « quelque domination ou proprieté » (Furetière). Le second à indique le futur : « Le verbe estre servoit aussi à marquer les futurs comme dans cette phrase : " sont à rendre. " (S. Athanase, Symbole françois, 2e trad.) » (La Curne).
4
Estre de - Il ne seroit plus en moy d'en ressentir les effects (II, 9, 593). Être incapable de faire quelque chose.
- Tout ce qui estoit d'agreable (II, 11, 702). « Spécifie la manière d'être du sujet ; le sens dépend entièrement du sens de la prép. ou du compl. » (DMF).
2
Estre de - Tout ce qui est de moy (III, 3, 67 verso).
Outre ce qui estoit des Gaules (III, 3, 58 recto).
En ce qui concerne.
3
Estre de - Respect [...] pour tout ce qui a esté de vous (IV, 1, 129).
« Être de quelque chose à quelqu'un, l'intéresser. Le Rhône et Lyon me sont de quelque chose, SÉV. 39 » (Littré).
- Avoir ce qui est de nouveau (IV, 2, 312).
« Présenter telle ou telle propriété » (DMF).
- Nous qui n'adorons pas le Ciel, ny rien qui soit de luy (IV, 3, 480).
« Estre de Dieu. Appartenir à Dieu, être soumis à Dieu » (Huguet). La personne qui parle n'adore que Tautatès.
4
Estre en volonté Elle estoit encore en volonté de suivre ses advis (IV, 5, 941).
Vouloir. L'expression n'est pas dans les dictionnaires. Elle est construite sur le modèle de être en vie.
4
Estre pour « Être destiné à. Être fait pour, être de nature à.
Être disposé à, avoir l'intention de. Être capable de » (Huguet).
1
Estre pour Il estoit pour causer tant de maux (IV, 4, 796).
« Estre pour. Être destiné à » (Huguet). « Je devoy avoir. J'estoy pour avoir. J'alloy avoir » (Maupas).
4
Estre sur Les meschants sont tousjours sur les mesfiances (IV, 5, 935).
« ESTRE, se dit aussi à l'égard de l'estat des choses, de la maniere d'exister [...] Estre sur le bon pied » (Furetière). Cotgrave donne un exemple plus clair : « Estre sur. Femme qui n'est point sur les hommes. That is verie chast, or continent [...] Estre sur le vin. To love Wine ».
4
Estrecir « Oster de la largeur, rendre plus estroit » (Furetière). 2
Estreindre « Serrer fortement » (Furetière). 2
Estreindre - Plus on vous veut serrer, et moins on vous estraint (III, 1, 9 recto). « Serrer fortement » (Furetière).
Le proverbe que le romancier adapte dit : « Qui trop embrasse, mal estreint, pour dire, qu'il ne faut pas se charger de plus d'employ qu'on n'en peut faire » (Furetière).
- En quelle obligation vous vous estreigniez envers une personne (III, 7, 291 verso). Ce verbe peut signifier attacher. « ESTREINDRE, se dit figurément en Morale. Cette double alliance a estreint l'amitié de ces deux familles » (Furetière).
3
Estrieux « Estrier. On trouve souvent les anciennes formes estrieu et estrief » (Huguet). Furetière donne seulement estrier. 1
Estude - Un long estude (II, 11, 733).
Substantif masculin dans Huguet. La Curne note :
« Le mot est souvent employé au masculin, dans Montaigne, qui cependant le met quelquefois au féminin. Malherbe a fait aussi étude masculin, sur quoi Ménage observe qu'il est aujourd'hui féminin ».
Estudes était bien au féminin dans la première partie (I, 8, 227 verso).
2
Estude Dans la troisième partie, le genre de Estude fluctue, sans pour autant nécessiter une variante.
- Masculin : son principal estude (III, 3, 61 recto).
- Féminin : toute leur estude (III, 12, 508 recto).
3
Estude - Un estude continuel (IV, 1, 82).
Baro en 1627 corrige : une continuelle estude (2, p. 185).
4
Estudier (s') « S'estudier de. S'occuper de » (Huguet). 2
Ethique Devenir ethique (III, 7, 304 recto). « Ethique. Ectique — Il se fera une fiévre hectique, ainsi nommée pource qu'elle est stable et difficile à guerir. AMBR. PARÉ, XX, I, 2 » (Huguet). 3
Être de - Qu'est-il donc de faire (II, 5, 323). « Estre de. Il est de. Il convient de, il faut » (Huguet). Voir aussi Estre de. 2
Être de - S'adonnant de sorte à tout ce qui estoit de beau (III, 12, 509 verso). « Présenter telle ou telle propriété » (DMF). 3
Être pour « Être destiné à. Être fait pour, être de nature à.
Être disposé à, avoir l'intention de. Être capable de » (Huguet).
1
Étroit « ESTROIT, en termes de Jurisprudence, se dit de ce qui se doit executer à la rigueur avec toutes les formalitez » (Furetière).
Richelet donne « étroite amitié » et « étroite familiarité ».
2
Eubage « Les Eubages (qui semblent aussi avoir esté nommez Semnothees et Saronides) taschoient de monstrer les choses secrettes de nature » (Fauchet, f° 6 recto).
« Chez les Gaulois, classe qui, nommée entre les druides et les bardes, avait pour principale occupation l'étude de l'astronomie, des choses naturelles et de la divination » (Littré).
2
Évanouir Écrit aussi Esvanouir. « Ne se dit gueres qu'avec le pronom personnel » (Furetière). D'Urfé utilise ce verbe sans pronom, usage confirmé dans Huguet. 1
Événement « Avènement » (Huguet). 2
Éventer - Evantez moy un peu la veine du bras (III, 7, 307 verso). « On dit aussi, Eventer la veine, pour dire, Faire une legere saignée pour donner de l'air aux humeurs, & eviter la repletion » (Furetière). 3
Éventer - Le feu que [...] j'évante (IV, 1, 105).
Eventer, Evanter, « Jeter au vent » (Huguet).
4
Exact « Qui est fait, ou travaillé avec soin, soigneux » (Richelet). 2
Excuser - Excuser que. « Nier que » (Huguet).
- S'excuser de. « Se dispenser de » (Huguet).
2
Execration Ses serments, ou plustost ses execrations (IV, 1, 42). « EXECRATION, se dit aussi d'un serment violent & horrible, qu'on n'oseroit violer » (Furetière). 4
Exercice Je leur donnerois bien de l'exercice (III, 5, 189 recto). « Peine, travail, affliction » (Furetière). 3
Expérience J'en ay veu l'experience (IV, 3, 472).
« Preuve » (Huguet).
4