Banderole
Première édition critique de L'Astrée d'Honoré d'Urfé
L'Astrée, 1610, Deuxième partie.
Bibliothèque municipale de Versailles, Rés. Lebaudy in-12° 410
doigt_gLivre 7 doigt_dLivre 9

LE
HUITIESME
LIVRE DE LA
SECONDE PARTIE
de l'Astree.

Édition de Vaganay, p. 309.

Signet[ 487 ] 1621 moderne

[489]  QUELQUE dessein que Leonide eust fait de n'avoir plus d'amour pour Celadon, si ne se pouvoit-elle deffaire entierement de la premiere affection qu'elle avoit euë pour luy, tant cette passion est difficillement arrachee quand elle a jetté de profondes racines dans un cœur qui n'a point d'autre soucy. De sorte que la rencontre qu'elle avoit faite de luy, ne luy avoit pas rapporté un petit contentement : mais le desplaisir de l'avoir veu en un miserable estat n'estoit pas moindre, et se rendoit encor plus grand, quand elle se representoit l'estrange resolution qu'il avoit faicte. Si bien qu'elle se [490] trouvoit estrangement combatuë,

Signet[ 488 ] 1621 moderne

et ne sçavoit si elle se devoit plus resjouyr de l'avoir trouvé, que s'attrister de l'estat auquel elle l'avoit trouvé. Tant que le chemin dura, elle ne fit que penser et chercher les moyens de le retirer de cette façon de vivre. Quelquefois, elle avoit opinion qu'elle devoit faire entendre le tout à la Bergere Astree, afin que l'y conduisant, il laissa cette vie sauvage. Mais elle changeoit d'avis aussi tost qu'elle se ressouvenoit que par ce moyen elle s'ostoit toute esperance de pouvoir jamais estre aymee de luy, sçachant bien que si Astrée entendoit qu'il fust en vie, et qu'elle le peust trouver, elle luy feroit tant de demonstrations de bonne volonté qu'elle η ne devoit plus rien esperer de luy. Car encor qu'elle eust trouvé Celadon si opiniastre pour conserver l'affection qu'il portoit à sa Bergere, si ne se pouvoit elle figurer qu'une amitié peut longuement vivre seule, et se persuadoit qu'en fin l'amour feroit des merveilles pour elle, où pour le moins le desdain d'Astrée. Changeant donc d'avis, et se representant qu'Adamas avoit tousjours beaucoup aymé le pere de Celadon, à ce qu'elle luy avoit ouy dire, elle jugea d'estre à propos de l'avertir de la vie qu'il faisoit, s'asseurant bien qu'il y mettroit l'ordre qui seroit necessaire. Toutesfois considerant que le lieu où Celadon s'estoit reduit, estoit le plus commode qu'elle sçauroit choisir, fut pour l'entretenir toute seulle, fut pour luy rendre de grandes preuves de sa bonne volonté, elle pensa qu'il valoit mieux n'en rien [491] dire à personne pour encores, et essayer de luy faire passer le temps, et les divertir de ses

Signet[ 489 ] 1621 moderne

tristes pensees le plus qu'il luy seroit possible, faisant resolution, que si elle voyoit que sa presence et son artifice ne le fissent point changer, il seroit tousjours assez à temps d'en avertir son oncle. Elle s'arresta donc en cette resolution, et pour l'effectuer, elle ne failloit point tous les jours de le venir trouver, et passer toutes les heures qu'elle pouvoit aupres de luy. Le Berger qui reconnut que le grand soin que la Nimphe avoit de le visiter, ne pouvoit proceder que d'Amour en receut du desplaisir, luy semblant que de le souffrir, il offençoit en quelque sorte la fidelité qu'il avoit promise à sa Bergere : Outre que les heures de sa visite luy sembloient estre perduës, parce qu'il ne pouvoit entretenir ses cheres et douces pensees. Si bien qu'au lieu de se resjouyr, il commença de s'attrister d'avantage η : dequoy la Nimphe s'appercevant apres avoir quelque temps consulté en elle mesme, et voyant que de jour en jour il alloit diminuant, elle resolut de recourre aux sages conseils d'Adamas, s'asseurant de luy en parler de sorte qu'il n'y soupçonneroit rien à son desadvantage.
  S'en revenant donc un soir de meilleure heure que de coustume, elle trouva que son oncle se promenoit sur une terrasse qui avoit la veuë du costé de la pleine d'où elle venoit. Et apres l'avoir salué, et que le Druyde luy eut demandé, où elle avoit laissé Paris, elle luy respondit que toutes ces belles Bergeres l'avoient [492] accompagnee jusques aupres du Temple de la Bonne deesse, et que Paris les avoit voulu reconduire.

Signet[ 490 ] 1621 moderne

- Mais, dit-elle, mon Pere, j'ay faict une plaisante rencontre, et qui m'a retenuë, de sorte que je pensois que Paris seroit arrivé avant moy. - Et quelle est elle, luy dit le Druide ? - c'est, respondit Leonide, de Celadon. Il faut que vous sçachiez que depuis que nous le fismes sortir du Palais d'Isoure, au lieu d'aller trouver ses parens et amis, il s'est retiré dans une caverne, où il s'est tellement caché à tous ceux de sa connoissance, qu'il n'y a personne qui ne pense qu'il soit mort. - Et pourquoy, dit Adamas, a-t'il fait cette resolution ? - Je croy, respondit elle, qu'il a quelque maladie d'esprit, et qu'il ne vivra pas long temps : car il ne parle qu'à force, et ne vit que d'herbes, et a une si grande tristesse que vous ne le reconnoistriez pas. - Et d'où vous a-t'il dit, adjouta le Druide, que ce mal luy procedoit. - Il n'en parle qu'à mots interrompus, et si peu qu'il est aisé à connoistre que le discours luy en desplait. Toutesfois je pense que l'amour qu'il porte à la Bergere Astree en est la cause. - Si cela est, respondit Adamas, il est fils de pere : car Alcipe a esté autrefois tellement transporté de l'amour d'Amarillis, que je ne vis jamais faire de plus grandes folies : Et mesme cela η fut cause qu'il laissa la vie des champs pour celle de la Cour, et qu'il fit long temps les exercices des Chevaliers. - Et leur est-il permis, dit Leonide, de changer de cette sorte de condition. - Ma fille, dit la Druide, ny Celadon ny ses autres Bergers que vous [493] voyez le long des rives de Lignon, ny la plus part de ceux de Loire et de Furan, ne sont pas de moindre extraction que vous

Signet[ 491 ] 1621 moderne

estes, et faut que vous sçachiez que leurs ayeux n'ont esleu cette sorte de vie que pour estre plus douce, et accompagnee de moins d'inquietudes. Et d'effect ce Celadon de qui nous parlons, est vostre parent fort proche. Car la maison de Lavieu, et la sienne viennent d'un mesme tige : si bien que Lindamor, et luy vous sont parents η en mesme degré. Mon ayeul, et les bisayeuls de Lindamor et de Celadon, ayant esté freres. Leonide qui n'avoit encores sceu cette alliance demeura estonnee, luy semblant que cette proximité η luy deffendoit d'aymer Celadon, comme l'amour luy commandoit : toutesfois pour n'en donner connoissance à son oncle, elle luy dit, que leur estant si proche ils estoient donc obligez d'en avoir plus de soin que d'un estranger, et que la sauvage vie qu'il menoit estoit telle qu'elle ne pensoit pas qu'il peut vivre longuement. - Il faut, respondit le Druyde, que nous y raportions tout ce que nous pourrons, et afin de n'y point faire de faute, je veux consulter l'autre de la vieille Cleontine : peut estre que le Ciel a soin de luy, et que ce n'est point sans subject qu'il le retient ainsi caché. J'en ay veu d'autres qui ont esté preservez de cette sorte de diverses fortunes dont ils estoient menassez η. Cependant qu'ils parloient, Paris arriva, qui leur fit interrompre leur discours, pource qu'ils ne vouloient qu'il sceut ces nouvelles, et entrent dans [494] le logis, ils se mirent à table, et quelque temps apres dans le lict, afin d'aller plus matin vers Cleontine.

Signet[ 492 ] 1621 moderne

  Mont-verdun est un grand rocher qui s'esleve en pointe de Diamant η au milieu de la pleine du costé de Montbrison, entre la riviere de Lignon, et la montagne d'Isoure. Que s'il estoit un peu plus à main droite du costé de Laigneu, les trois pointes de Marcylli, d'Isoure et de Mont-verdun feroient un triangle parfait η. On diroit que la nature a pris plaisir d'embellir ce lieu sur tous les autres de cette contree. Car l'ayant eslevé dans le sein de cette pleine, si egalement de tous costez, il se va estressissant peu à peu, et laisse au sommet la juste espace d'un temple, qui a esté dedié à Tautates, Hesus, Taramis, Belenus. Et parce que c'est le plus renommé de tous ceux des Forests, c'est le lieu où les Eubages, les Sarronides, les Vacies et les Bardes se tiennent dans des grottes qu'ils ont faictes autour du temple, dans lequel ils font leurs assemblées lors que les Druydes le leur ordonnent η. Mais ce qui est plus admirable, c'est que ce grand rocher qui a plus de quatre mille pas de tour quand il commence de s'eslever, et de hauteur plus de quatre cens, et au sommet plus de cinq cents, est tout couvert de terre, et d'un costé planté de vignes, et de l'autre si plein d'une menuë herbe, et si verte, que ceux du pays en corrompant son nom, l'ont appellé Mont-verdun au lieu de Mons-vatodun, qui signifioit la montagne et demeure des [495] sacrificateurs, parce qu'en langage Celte Dunum, signifie forteresse, et Vates, en celuy des Romains sacrificateurs, ou ceux qui rendent les oracles, et depuis que les Gaulois avoient eu la communication

Signet[ 493 ] 1621 moderne

des Romains, ils n'avoient pas seullement meslé leurs langages ensemble : mais aussi leur façon de sacrifier : voulant bien pour leur complaire, et s'accommoder η au peuple qui estoit victorieux, prendre quelques-unes de leurs coustumes : mais ne pouvant aussi se deffaire de leurs anciennes, ny oublier leurs premieres ceremonies ils en firent un tel meslange, qu'ils retindrent presque esgallement η du Romain et du Celte. L'occasion qui avoit rendu ce Mont plus peuplé de ces Bardes, Eubages, Sarronides et autres, ç'avoit esté que Dryus, celuy qui institua les Druydes, ayant trouvé ce lieu plein d'une certaine divinité, qui l'inspira d'abord qu'il y fut, il pensa estre à propos d'en laisser quelque marque à la posterité. Tout ce rocher, qui pour sa grandeur se peut nommer une Montagne, est de nature tellement creux, qu'il semble quand on est dedans, que ce ne soit qu'une voute : Il y a trois ouvertures si spatieuses qu'un chariot y pourroit entrer : elles demeurent ordinairement closes, sinon lors que l'on veut consulter l'oracle, qu'il y a tousjours une Druide ; qui apres le sacrifice s'en court ouvrir la porte du Dieu auquel on fait la demande, et soudain il en sort un vent assez impetueux, qui venant des concavitez de cest antre, et se froissant contre les destours [496] du rocher, fait un certain bruit, qui semble à des voix mal articulees, et la Druyde tenant la teste la plus avancee qu'elle peut dedans avec la bouche ouverte, y demeure tant que le bruit dure, puis s'en revient dehors avec les cheveux mal en ordre, les yeux

Signet[ 494 ] 1621 moderne

esgarez et le visage tout changé, et d'une voix tout autre qu'elle n'avoit pas, et faisant des actions d'une personne transportee, prononce l'oracle que bien souvent elle n'entend pas elle mesme. Or ces trois portes sont dediees à trois de leurs Dieux, ou pour mieux η à Dieu sous trois divers noms, à sçavoir l'une à Hesus que l'on consultoit quand il falloit faire la guerre. L'autre à Taramis, où les choses futures s'apprenoient, et l'autre à Belenus où les amants addressoient leurs sacrifices et supplications, et jamais ces portes ne s'ouvroient toutes à la fois que le sixiesme de la Lune de Juillet qu'ayant cueilly le Guy, ils en venoient jetter des branches dedans. Que si alors la Dame de la Province se trouvoit encor fille, il luy estoit permis d'entrer dans la caverne, choisissant pour son Chevallier celuy qu'elle vouloit prendre pour son mary, avec lequel et le grand Druide, ils visitoient tout ce qui estoit dans ceste caverne, et voyoient toutes les merveilles que le grand η Druide y avoit laissees.
  Or ce fut en ce lieu où Adamas dés le matin s'achemina avec Leonide, pour consulter Tharamis, et apres avoir fait le sacrifice des Toreaux η blancs, selon leur coustume, et que Cleontine eust esté ceinte de verveine, et eust [497] jetté du sang du sacrifice contre l'entree, elle mit du Laurier dans sa bouche, le macha, et touchant la serrure avec une branche de Guy, les portes incontinent s'ouvrirent avec un grand bruict, et elle se tenant à l'un des gonds, pancha tout le

Signet[ 495 ] 1621 moderne

corps en dedans, et recevant à pleine bouche le vent qui en murmurant, venoit de la caverne, y demeura fort long temps, et en fin revint courant au lieu du sacrifice, où le Druide et tous ceux qui y avoient assistez l'attendoient à genoux, et la teste nuë supplioient Tautathes d'avoir leurs vœux agreables. Et d'abord qu'elle fut arrivee prenant l'un des coins de l'autel, et se levant sur le haut des pieds η, les cheveux espars et herissez, elle profera d'une voix toute changee telles paroles.


ORACLE.

A vous sage Adamas le Ciel l' ηa destiné,
Surmontez par prudence,
Et l'amour et l'enfance.
Vous le devez ainsi, puis qu'il est ordonné,
Qu'obtenant sa maistresse,
Contente pour jamais sera vostre vieillesse
.

  Adamas apres avoir remercié Tharamis, et supplié qu'il luy fit bien entendre sa volonté, de peur que par ignorance il n'y contrevint, partit de ce lieu tout resolu d'assister Celadon en tout ce qu'il pourroit, puis que le Dieu luy promettoit une vieillesse contente, quand ce [498] Berger possederoit sa maistresse. Il avoit bien desja une bonne volonté, envers luy, tant à cause

Signet[ 496 ] 1621 moderne

de la proximité qui estoit entre eux, que pour les merites du Berger : mais depuis la responce de l'Oracle il y fut bien davantage poussé pour son propre sujet, faisant bien paroistre combien une personne interessee s'employe plus soigneusement que celle qui n'est touchee que du devoir. Prenant donc le chemin de Lignon, il s'enquit de Leonide du lieu où Celadon estoit, et elle luy ayant monstré l'endroit, il creut estre à propos de regagner le pont de la Bouteresse, et prenant le mesme sentier par où elle y avoit esté conduite sans y penser, elle luy monstra la fontaine où elle l'avoit rencontré, et en fin le buisson qui couvroit le rocher où il demeuroit. Et parce qu'ils eurent peur que s'il les appercevoit il ne s'enfuist, ils s'en approcherent le plus doucement qu'il leur fut possible pour le surprendre. Et de fortune, il estoit couché à l'entree de sa caverne si pres de la riviere, que la considerant appuyé sur un coude, les larmes que ses pensees luy arrachoient du cœur, tomboient dedans, et se mesloient parmy son onde : Et lors qu'ils arriverent, il reprit ainsi la parole.

Signet[ 497 ] 1621 moderne


[499] SONNET.

Il se compare à la riviere de
Lignon.

RIvière que j'accrois η couché parmy ces fleurs,
Je considere en toy ma triste ressemblance,
De deux sources tu prens en mesme temps naissance,
Et mes yeux ne sont rien que deux sources de pleurs.

Tu n'as point tant de flots que je sens de malheurs,
Si tu cours sans dessein, je sers sans esperance,
En des sommets hautains, ta source se commence η,
D'orgueilleuses beautez procedent mes douleurs.

Combien de grands rochers te rompent le passage ?
De quels empeschements ne sens je point l'outrage ?
Toutesfois en un point nous differons tous deux ;

En toy l'onde s'accroit des neges qui se fondent,
Plus on gele η pour moy, plus mes larmes abondent
Quoy que tu sois si froide, et moy si plein de feux.

  Ah ! riviere, continua-t'il peu apres, qui és tesmoin que je suis le plus mal heureux, comme autrefois tu m'as veu le plus heureux Berger du monde : est-il possible que tu n'ayes point de regret de n'avoir voulu mettre une pitoyable fin à mes infortunes, lors que dans tes eaux

Signet[ 498 ] 1621 moderne

tu me sauvas si cruellement la vie ? Falloit-il que les choses mesmes insensibles conjurees ensemble contre moy, me refusassent le secours que naturellement elles donnent [500] à tout autre ? Mais peut estre tu n'as voulu consentir à ma fin esperant d'avoir par mon moyen une troisiesme source, prevoyant bien que mes yeux, n'ayant que trop d'occasion de pleurer, t'en fourniroient d'une plus abondante que celle que tu as. Si ce dessein t'a fait user envers moy de ceste cruelle pitié η, tu n'en seras point deceuë, puis que mes pleurs ne cesseront jamais tant que je vivray. A ce mot les souspirs donnerent un tel empeschement à la voix, qu'il fust contraint d'interrompre ses paroles pour quelque temps, et lors qu'il voulut commencer, Leonide sans y penser se remua : et parce qu'elle estoit fort pres de luy il tourna la teste de son costé, et fut fort surpris de la voir avec Adamas en ce lieu. Il se releva promptement, et vint saluer le Druide qui s'avançoit des-ja vers luy. La pasleur et la maigreur de Celadon, estoient telles qu'Adamas n'en fust pas peu estonné, mais ayant autrefois η esprouvé les forces d'amour, il jugea bien que ceste violente maladie le pourroit reduire en un estat encor plus dangereux, s'il demeuroit sans remede. C'est pourquoy apres les salutations ordinaires, il le prit par la main, et le fit asseoir aupres de luy au mesme lieu où il estoit couché auparavant, où apres quelques discours, il luy tint ce langage. - Mais mon enfant en quel estat est celuy où je vous trouve : estoit-ce pour vivre de ceste sorte que

Signet[ 499 ] 1621 moderne

vous me requistes dans le Palais d'Isoure de vous sortir de la peine où vous estiez ? Faisiez-vous dessein de vous venir renfermer dans cest antre, et vivre loin de la frequentation [501] des hommes, comme une personne sauvage ? Vous estes nay, Celadon, à quelque chose de meilleur : vous dis-je, que le grand Taramis a particulierement doüé de la raison, ne serez-vous condamné par son infailble jugement si à la necessité η vous ne produisez les effects qu'il attend de vous ? S'il a mis quantité de troupeaux et de pasturages sous vostre charge, pensez-vous n'estre pas obligé de luy en rendre conte ? Tout ce qui est sous l'estenduë du Ciel est à luy, et nous n'en sommes que les gardiens, et ne faut point douter qu'il ne nous en demande, en fin un compte fort particulier. Et que luy respondrez-vous mon enfant quand ce temps-là sera venu ? Encores qu'il nous ait remis sous nostre volonté, si ne sommes nous pas nostres, et faut que nous attendions un rude chastiment, si nous avons disposé de nous-mesmes autrement que nous n'avons deu η. Et comment pensez-vous estre raisonnable, puis qu'en l'aage où vous estes sans soucy de vos troupeaux, de vos parens, ny de vos amis, vous viviez comme un ours η sauvage dans les antres escartez, esloigné de la veuë de chacun, et sans vous prevaloir en ceste occasion des remedes que ce grand Dieu a remis entre vos mains ? vous direz que l'affection que vous portez à la Bergere Astree vous y contraint : Mais mon enfant rentrez en vous mesmes, et considerez que si

Signet[ 500 ] 1621 moderne

vous l'avez offencee, tant que vous serez loin d'elle, vos services n'effaceront point ceste offence, et si vous ne l'avez point offencee, comment esperez-vous [502] de luy faire cognoistre vostre innocence ? Or sus, mon enfant, je vous accorde que par le passé vous avez eu quelque raison de vous retirer de sa presence, voire mesme de la veuë de chacun, afin qu'elle cogneut qu'elle peut toute chose sur vous, et que la perte de ses bonnes graces, est du nombre de celles η qui ne se peuvent recevoir sans perdre aussi pour quelque temps l'usage de la raison. Mais à ceste heure il est temps que vous reveniez en vous mesme, et que vous luy fassiez paroistre que vous n'estes pas seulement amoureux, mais homme aussi, et que si le desplaisir vous a jusques icy osté l'usage de la raison, la raison toutesfois vous est demeuree, qui peu apres a repris sa force, afin qu'elle ne se repente pas d'avoir affectionné en un Amant qui n'estoit pas homme. A ces paroles d'Adamas Celadon respondit froidement de ceste sorte. - Pleust à Dieu, mon pere, que vos paroles fussent adressees à une personne qui eust une ame capable de les recevoir : car quant à moy, j'advouë qu'il ne m'est resté autre chose de l'homme que la memoire, n'en ayant plus ny l'entendement ny la volonté η, et encores je crois que cette memoire n'est demeuree avec moy que pour la nourriture de mes ennuyeuses pensees. De sorte que ce que vous devant vous, ce n'est plus ce Celadon, fils d'Alcipe et d'Amarillis, que le grand Druyde Adamas a autrefois

Signet[ 501 ] 1621 moderne

tant favorisez de son amitié, mais seulement une vaine idole que le ciel conserve encores parmy ces bois pour marque que Celadon sceut aymer. Et toutesfois [503] puis que reduit en cette extremité, l'usage de la parole m'est permis pour respondre au grand Dieu Taramis et à tout ce que vous m'opposez, il suffit que je vous die seulement ce mot, J'AYME. Car sage Adamas, si j'ayme, comment auray-je peur d'offencer Taramis en faisant ce que l'amitié me commande, puis qu'il a voulu ou permis pour le moins que j'aye aymé, ou ceux qui permettent quelque chose doivent en souffrir tout ce qui en deppend, et qui niera que la miserable vie que je traine ne soit une deppendance de cest amour ? Et quant à ce qui me touche, celuy-là se peut-il dire amant qui a des yeux pour voir autre chose que ce qu'il aime ? Ah ! mon pere, c'est sans doute que j'ayme, et c'est sans doute aussi que je suis aveugle pour moy, pour mes trouppeaux, pour mes parents, et pour tout le reste des hommes. Car je n'ay des yeux que pour celle à qui je suis. Si le Ciel, comme vous dites, m'a laissé en ma puissance, pourquoy me demanderoit-il conte de moy-mesme, puis que tout ainsi qu'il m'avoit remis en ma propre conduitte et disposition, de mesme me suis-je entierement resigné entre les mains de celle à qui je me suis donné : et partant s'il veut demander conte de Celadon qu'il s'adresse à celle à qui Celadon est entierement. Et quant à moy c'est assez que je ne contrevienne en rien à la donnation que j'en ay faite. Le Ciel l'a voulu,

Signet[ 502 ] 1621 moderne

car c'est par destin que je l'ayme. Le Ciel l'a sceu : car dés que j'ay commencé d'avoir quelque volonté, je me suis donné à elle et ay tousjours continué depuis. Et bref le [504] Ciel l'a eu agreable : autrement je n'eusse pas esté si heureux que je me suis veu par tant d'annees. Que s'il l'a voulu, s'il l'a sceu, et l'a eu agreable, avec quelle justice me pourra-t'il punir, si je continuë à ceste heure, qui n'est pas mesme en ma puissance de faire autrement ? Face de moy Taramis, tout ce qui luy plaira, que mes troupeaux deviennent ce qu'ils pourront : Que mes parens et amis se plaignent et ayent telle opinion qu'ils voudront, ils doivent estre tous satisfaits et contents de moy quand je leur diray pour toute raison que J'AYME. - Mais comment, respondit Adamas, voulez-vous tousjours vivre de ceste sorte ? - L'eslection, respondit le Berger, ne depend de celuy qui n'a ny volonté ny entendement. - Si cela est, adjousta le Druide, vous cessez d'estre homme. - Il y a long temps, repliqua le Berger, que ce soucy ne me touche nullement. - Mais si vous aymez, continua le Druide, comment ne vous efforcez-vous de voir celle que vous aymez ? - Si j'ayme, respondit-il, comment voudrois je desplaire à celle que j'ayme, ou comment luy desobeir ? Ou plustost comment ne recevray-je un extreme contentement de luy plaire et de luy obeyr ? - Mais dit le Druide, elle ne sçait pas que vous luy obeissez. - Il suffit, respondit le Berger, quand

Signet[ 503 ] 1621 moderne

il n'est pas permis d'en donner plus de cognoissance que pour nostre satisfaction nous sçavons que nous avons fait ce qui a esté de nostre devoir. Il n'y a point de plus fidelle tesmoin ny de Juge plus rigoureux contre nous que nous mesmes. [505] Le Druide ne sçavoit s'il devoit plus estimer la vivacité de cest esprit en ses responces, que blasmer l'erreur auquel il estoit : mais en fin considerant que le mal n'estoit pas encor venu à son declin, il pensa que ce seroit l'animer d'avantage que de luy presenter de plus violents remedes. Cela fut cause que s'estant teu quelque temps : - Or Celadon, dit il, ce que je vous en ay dit, ç'a seullement esté pensant d'y estre obligé par les loix de l'amitié, et par le devoir de ma charge, et non pas pour contrarier. Seullement je veux une chose de vous, et que vous ne me devez point refuser, puis que c'est pour mon contentement. Il faut que vous sçachiez que j'ay une fille que j'ayme plus que toutes les choses que la bonté de Taramis m'a donnees : Et parce qu'il n'y a nul bien entre les hommes qui soit parfait de tous points. le contentement de ma chere fille m'est infiniment diminué par sa longue absence, et par la connoissance que j'ay d'en devoir estre encor fort long temps privé. Or dés l'heure que je vous vy au Palais d'Isoure, il est certain que je vous aymay pour sçavoir que vous estiez fils d'Alcippe et d'Amarilis : mais il faut que je confesse que mon amitié s'augmenta beaucoup par la veuë que j'eus de vostre visage : car d'abord il me sembla de voir ma chere fille,

Signet[ 504 ] 1621 moderne

tant vous avez de l'air l'un de l'autre. Cela est cause que je vous conjure par tout ce qui a plus de puissance sur vous, d'avoir agreable que je vienne quelquefois interrompre vostre solitude pour me [506] donner cette satisfaction de voir en vostre visage un pourtrait vivant de ce que j'ayme le plus au monde. Le Berger qui estoit plein de courtoisie, luy respondit qu'il luy feroit une particuliere faveur de prendre cette peine, et que s'il n'estoit contraint de se tenir esloigné de chascun ; il iroit luy-mesme en sa maison, pour luy rendre ce service, et qu'il remercioit la nature de l'avoir tant favorisé que de luy avoir donné quelques traicts ressemblants à quelque chose qui fut aymee de luy. Bref pour ne redire η icy toutes leurs parolles qui par leur longueur seroient peut-estre ennuyeuses, Adamas se resolut de visiter bien souvent le Berger, esperant par ce moyen le pouvoir retirer peu à peu de cette grande melancolie : outre qu'il estoit vray η qu'Alexis sa fille ressembloit un peu à ce Berger : Et d'autant qu'il estoit contraint selon leurs statuts de la laisser jusques en l'âge de quarante ans parmy les filles Druydes, qui demeuroient aux Antres des Carnutes, il prenoit du plaisir, voyant Celadon qui la luy representoit en quelque sorte. Il avoit esté ordonné par Dis Samothes, et depuis reconfirmé par le grand Druys instituteur des Druydes, que les Sacrificateurs qui auroient des fils η envoyeroient leurs aisnez aux escoles des Carnutes, où dix ans ils aprenoient leur science, dix ans ils l'enseignoient aux autres, et dix

Signet[ 505 ] 1621 moderne

ans ils servoient aux sacrifices et jugements publics, et apres ils pouvoient retourner chez eux et exercer la charge des Druydes par toutes les Gaules. Que s'ils n'avoient que des [507] filles, ils estoient contraints d'envoyer les aynees, depuis l'aage de dix ans, au mesme lieu où elles estoient instruites, puis instruisoient, et en fin jugeoient comme nous η avons dict : car les Gaulois s'arrestoient bien souvent au jugement de ces femmes Druydes. Et ce temps là estant passé, elles revenoient en la maison de leurs peres où elles se pouvoient marier.
  Or ceste resolution estant prise de cette sorte, Celadon fut celuy qui en eust plus de profit : car dés le commencement Leonide luy rendit ses lettres qu'elle luy avoit desrobees, qui luy fut un grand presage de meilleure fortune, ayant tousjours ouy dire, que comme les malheurs ne viennent jamais seuls, il semble aussi qu'un bon-heur en attire un autre. Et depuis estant visité fort souvent, tantost par Leonide, et tantost par le Druyde, il estoit fort diverty des tristes pensees qui le consommoient, outre que le soin qu'Adamas avoit de luy donner des vivres secrettement, n'estoit pas petit. Et veritablement ce fut une bonne rencontre pour Celadon, que la bonté du Druide et l'affection de la Nimphe : car elles estoient cause que l'un et l'autre estoient soigneux de luy outre mesure, et par dessus leur devoir et grandeur. Mais ce qui donna plus de soulagement à ce Berger, ce fut que la Nimphe luy porta de l'ancre et du papier, par ce qu'estant

Signet[ 506 ] 1621 moderne

seul il s'amusoit à mettre par escrit les passions qu'il ressentoit ce qui le contentoit beaucoup quand il les luy relisoit ; les [508] playes d'Amour estant de telle condition que plus elles sont cachees et tenuës secretes, plus aussi se vont elles envenimant, et semble que la parole avec laquelle on les redit, soit un des plus souverains remedes que l'on puisse recevoir en l'abscence η. En mesme temps Adamas qui jugeoit bien que les trop continuelles pensees du Berger ne faisoient que l'arrester et rafermir d'avantage en sa melencolie, luy conseilla de passer son temps dans le boccagré sacré, qui estoit aupres de là, fust à graver sur les escorces des jeunes arbres des chiffres et des devises, fust à faire des tonnes et cabinets, pour l'embellissement du lieu, et pour cet effet luy apporta des outils necessaires. Ce Berger qui desja avoit repris ses forces et sa premiere beauté, ayant aussi l'entendement renforcé, cogneut bien qu'Adamas le conseilloit avec raison, de fuir ceste nonchalante oysiveté où il avoit vescu : et cela fut cause que s'en allant de compagnie η au lieu qu'il luy avoit dit, il commença d'y travailler. Mais tout ce qu'il faisoit c'estoit par le dessein du Druide, qui aussi comme un bon Medecin s'accommodant avec son malade, luy assaisonnoit tous ses conseils par quelque dessein d'Amour. - Voyez vous, luy disoit-il, mon enfant, encore que selon nos statuts nous ne devions point faire de temples à Teutates, Hesus, Belenus, Tharamis nostre η Dieu, si est-ce que depuis que ces usurpateurs η de l'autruy, je veux dire ces peuples que l'on appelle

Signet[ 507 ] 1621 moderne

Romains, aporterent avec leurs armes leurs Dieux estrangers dans les Gaules, et [509] que perdant nostre ancienne franchise, nous fusmes contraints de sacrifier en partie à leur façon nous avons eu des temples où nostre Dieu a esté adoré parmy les leurs : et parce que la coustume est passee en fin en loy, il vous sera permis Celadon, de dedier une partie de ce Bocage, non pas comme à une premiere divinité, mais comme à un tres-parfait ouvrage de ceste divinité à vostre zelle Astree ; ce que nostre Dieu ne trouvera point plus mauvais que les Temples dediez par ces estrangers à la Deesse Fortune, à la Deesse η Maladie ou à la Deesse η crainte : principalement si vostre ouvrage luy η estant directement consacré, vous n'adorez pas sur leurs Gazons ceste Deesse Astree, mais luy en eslevant d'autres à costé de leurs chesnes vous adressez vos vœux à ceste belle, comme à l'œuvre η le plus parfait qui soit sorty de ses mains. Il faut donc plier ces arbres sur ce chesne, luy dit-il, luy en monstrant un assez beau, et arracher ces petits, à fin d'y faire une place que nous dedierons à l'amitié, et contre le pied du chesne, nous esleverons des Gazons en forme d'autel, sur lequel je mettray un tableau qui sera le simbole de l'amitié, Et quand celuy-cy sera finy, nous y ferons une porte pour entrer dans un autre qui sera plus spacieux, et que nous appuyerons sur ce chesne, qui veritablement, dit-il, est admirable, luy monstrant un grand chesne qui s'eslevoit d'un seul tronc, et puis se separant en trois branches, les reunissoit

Signet[ 508 ] 1621 moderne

en haut, et les resserroit sous un mesme escorce η. [510] Voyez-vous, luy dit-il, que le lieu monstre que l'on y a esté quelquefois. J'y suis venu bien souvent faire des sacrifices pour le symbole que cet arbre a de Tautates, Hesus, Belenus, Tharamis, nostre η Dieu. - Comment mon pere respondit Celadon, vous en nommez quatre et vous ne dites que nostre Dieu ? Il faudroit dire nos Dieux. Je ne vous en eusse pas parlé pour une fois, mais vous l'avez des-ja plusieurs fois repliqué. - Mon enfant, respondit le Druide, ce que vous me demandez n'est pas le moindre de nos misteres, mais plustost l'un des plus grands de la creance des Druides, et quoy que nous ne le devions reveler qu'à ceux qui sont instruits en nos antres, et escholes : si ne laisseray-je de vous en declarer autant que vous serez capable d'en recevoir.
  Sçachez donc mon enfant, que ce grand Dis Samothes incontinent apres la division des hommes, à cause de la confusion η des langues estant bien instruit par son ayeul, fust en la religion du vray Dieu, fust aux sciences plus cachees, s'en vint descendre par l'ocean Armorique en cette terre, que jusques à ceste heure nous nommons Gaule, et qui peu à peu changeant ce nom, semble prendre η celuy de France pour l'advenir : et depuis s'avançant et la peuplant y planta heureusement son Sceptre, ensemble y mit la religion de ses peres, et donna la cognoissance des sciences à ceux qui plus familiers et de meilleur esprit sceurent mieux entendre et retenir ses enseignemens, [511] et qui depuis de son nom furent appellees

Signet[ 509 ] 1621 moderne

Samothees : Et celuy-cy fut le premier Roy des Gaules, qui fut tant agreable à Dieu et aux hommes, qu'il regna longuement en paix, et apres luy sa posterité avec tant d'heur, qu'il n'y a eu endroit de la terre qui n'ait cogneu le nom, et la valeur des Gaulois. Que si ce peuple, que nous nommons Romain, s'est usurpé la domination des Gaulois, ce n'a point esté par les armes, mais plustost par chastiment de nos dissensions, qui estant pleines d'animosité entre nous, ont esté cause de nous le η faire appeller et demander secours à ceux η de qui l'ambition nous a depuis devorez, nous apprenant mais trop tard, qu'il ne faut jamais esperer que les estrangers nous affectionnent plus, que nous ne nous aymons nous mesmes. Mais le grand Dieu, que Samotes nous enseigna d'adorer en pureté de cœur, ne voulant estendre son ire à l'infiny, nous ayant fait passer une demie lune de siecles η, sous cette domination estrangere, montre qu'il nous en veut retirer par les armes des Francs qui se vantent d'estre issus des anciens Gaulois. Or pour reprendre nostre discours, le quatriesme Roy η qui domina en Gaule, des descendans de ce grand et sainct Samothes, fut le sage et sçavant Dryus, de qui quelques uns pensent, que, pour avoir esté instituteur des Druydes, ils ayent pris leur nom, mais ceux là se trompent autant que ces Grecs outrecuidez qui se vantent que c'est de leur mot Drys, qui signifie chesne : car avant que [512] les lettres η eussent esté portees en Grece, nous estions appellez Druydes, et les sciences estoient en Gaule avant que ces peuples vains

Signet[ 510 ] 1621 moderne

sceussent seulement lire, comme le nom de Druyde nous enseigne, qui au langage de l'ayeul de Samothes signifie contemplateur, du mot Drissim, parce que comme vous sçavez, mon enfant, nostre principale vacation consiste en la contemplation des œuvres de Dieu.
  Or ce grand Dis Samotes, et depuis nostre saint instituteur Dryus, nous ordonnerent d'adorer Dieu, non pas selon l'erreur des gens, mais ainsi qu'ils l'avoient apris de leurs peres. Et parce que l'ignorance du peuple grossier estoit telle qu'il ne pouvoit comprendre ceste supréme bonté, et toute puissance, qu'ils nommoient Thau, c'est à dire Dieu, sans en apprendre quelques effets, ils luy donnerent trois noms : IEHUS, qui signifie. FORT, BEELENOS, c'est à dire DIEU HOMME, et TAHARAMIS, qui signifie REPURGEANT, nous voulant enseigner par ces trois noms, que Dieu est tout puissant, Createur et conservateur des hommes, mais depuis par les changements que le temps et l'ignorance du peuple apporte en toutes choses, mais principalement aux noms, au lieu de THAU, ils dirent THAUTA, et en fin THAUTATES, et THEUTATES. Au lieu de IEHUS, BELENOS et THAHARAMIS, desquels l'aspiration η sur le milieu estoit un peu mal-aysee, ils dirent HESUS, BELENOS [513] et THARAMIS, et le peuple a eu tant de pouvoir sur les plus sçavants, que chacun pour estre entendu, a esté contrainct de dire comme eux, et consentir à leur erreur. - Et quoy mon pere respondit le Berger,

Signet[ 511 ] 1621 moderne

Tautates, Hésus, Tharamis et Belenus, ne sont-ce pas les Dieux que l'on nous dit, à sçavoir Mercure Mars, Jupiter et Appollon, mais un Dieu seulement ? - Pleust à Dieu mon enfant, dit le Druide, que je peusse bien faire entendre ce que vous me demandez : mais où vostre intelligence ne peut monter, il faut que la croyance que vous avez en moy vous porte et vous retienne. Sçachez donc que les estrangers voyant que les Gaulois adoroient, et reclamoient THAUTATES en toutes leurs affaires, et au commencement de tous leurs voyages, et de toutes leurs actions : et de plus considerant, que naturellement ils sont eloquants, et qu'ils se plaisent à bien dire, ils jugerent que c'estoit Mercure qu'ils disent estre Dieu, non seulement de l'eloquence, mais presidant aux chemins, inventeur des arts et le protecteur des marchands et de ceux qui traffiquent. Et apres remarquant qu'en nos guerres nous reclamons HESUS, ils creurent que c'estoit Mars, qui pour eux est tenu le Dieu des armees. Et parce que quand nous demandons d'estre nettoyez de nos fautes ils nous oyoient appeller THARAMIS, ils penserent que c'estoit Juppiter, duquel ils redoutent sur tous les chastimens à cause de la foudre qu'ils luy attribuent : outre que leur [514] semblant que le pardon des fautes, se doit attendre du plus grand de tous les Dieux, ils disoient que c'estoit Juppiter, qu'ils croyent estre le premier, et plus puissant de tous. Et parce qu'ils nous voyoient recourre à BELENUS quand nous estions en doute de nostre santé

Signet[ 512 ] 1621 moderne

ou de nos amis, ou que nous desirions d'avoir des enfans, ils se persuaderent que c'estoit leur Apollon, qu'ils croyent estre l'inventeur de la Medecine, outre que luy donnant la conduite du Soleil, voire prenant mesme bien souvent l'un pour l'autre, et sçachant que le Soleil η est la cause de la vie de tous les animaux, et de plus que l'homme et luy engendrent l'homme, ils eurent quelque raison de penser que c'estoit nostre BELENUS. Mais il est certain mon cher enfant, qu'il n'y peut avoir qu'un Dieu ; car s'il n'est tout puissant, il n'est point Dieu : Que s'il y avoit deux Tout-puissants, la puissance seroit divisee, outre qu'il faudroit qu'ils fussent ou semblables ou differents ; s'ils estoient semblables du tout ils seroient les mesmes, et ainsi ne seroient qu'une chose : s'ils estoient differens, il faudroit que le bon fust different du bon, ce qui ne peut estre. Je vous dis ces raisons familiaires, pour ne vous apporter les autres qui sont plus fortes et plus pressantes, mais plus obscures aussi, et plus difficiles à estre comprises. - J'ay tousjours creu mon pere, dit Celadon, qu'il n'y a qu'un Dieu, Roy et Seigneur de tous les autres, mais je pensois aussi que comme entre les hommes nous voyons des Rois qui ont des officiers sous eux, [515] de mesme il y eut de petits Dieux, sous celuy qui estoit le principal, et ce grand Dieu je le nommois Teutates, et les autres, Hesus, Taramis et Belenus que j'adorois apres luy. - En cela mon enfant, respondit le Druyde, vous aviez quelque

Signet[ 513 ] 1621 moderne

raison, et toutefois vous faisiez une grande erreur : car ceux que vous nommez ainsi ne sont proprement que surnoms de ce grand Teutates : Et quoy que je vous avoüe qu'il ait des officiciers sous luy comme les Roys que vous dites, si devez-vous entendre qu'ils ne meritent point l'adoration qui n'est deuë qu'à un Dieu. - Et pourquoy mon pere, repliqua Celadon, les vois-je dans les temples aupres de nostre grand Teutates ? - Mon enfant, respondit Adamas, je vous ay des-ja dit que les Romains ont meslé leur religion parmy la nostre : il faut que vous sçachiez que par nos loix il nous est deffendu de faire image de Dieu, parce que l'image n'estant que la representation de quelque chose, et estant necessaire qu'il y ait quelque proportion, entre la chose representee et celle qui represente nostre grand Dryus, ne jugeant pas qu'il y eust rien entre les hommes qui en peust avoir avec Dieu nous deffendit tres-expressement d'en faire, non plus que des Temples, luy semblant que c'estoit une grande ignorance de penser de pouvoir enclorre l'immense deité dans des murailles, et une tres-grande outrecuidance de luy pouvoir faire une maison digne d'elle. Cela est cause qu'à la façon de ces anciens, pere et ayeul du grand Samothes il nous fut commandé d'adorer Dieu dans des Boccages en campagne ; [516] Bocages toutesfois qui luy estoient consacrees par la devotion du peuple, de peur qu'ils ne fussent profanez, et en ces lieux-là on choisissoit de grands chesnes, comme nous faisons encore, sous lesquels Dieu estoit adoré. Et de là est avenu que les Romains

Signet[ 514 ] 1621 moderne

entrant en nos contrees, et voyant nos saincts Boccages, et la façon de nos sacrifices, ont dit tous η estonnez. Que nous estions seuls η entre les hommes, qui ne cognoissions point Dieu, ou les seuls qui le cognoissions : Et toutesfois, quoy qu'ils ayent voulu ravaler la gloire, non seulement des Gaulois, mais de tous les peuples, qui comme loups affamez, en η ont esté engloutis, si ne se sont-ils peu empescher de dire en parlant de nous que les Gaulois sur tout sont tres-religieux η et pleins de devotion envers les Dieux. Mais d'autant que le vaincueur donne des loix qu'il luy plaist au vaincu, ils en firent de mesme en Gaule, ou s'usurpant avec une extreme tyrannie, non seulement nos biens, mais nos ames aussi, ils voulurent changer nos ceremonies, et nous faire prendre leurs Dieux, nous contraignant de leur bastir des Temples, de recevoir leurs Idoles, et de representer Theutates, Hesus, Belenus et Tharamis, avec des figures de leur Mercure, Mars, Appollon et Juppiter. Et parce que les Druydes s'opposerent vertueusement à leur abus, il y eut un de leurs Empereurs η, qui par Edit du Senat voulut abolir toute nostre religion, chassant et bannissant les Druydes, hors de l'Empire. Mais ce grand Thautates à permis que les bons ayent esté persecutez [517] pour esprouver leur vertu, et non pas abolis, afin de donner cognoissance que jamais ils ne sont entierement abandonnez. Et ainsi parmy la tyrannie de ces estrangers, nous avons tousjours conservé quelque pureté en nos sacrifices, et avons adoré Dieu comme il faut, et mesmes en ceste contree, où nous n'avons jamais recogneu

Signet[ 515 ] 1621 moderne

la puissance de ces usurpateurs η pour le respect qu'ils ont tousjours porté à Diane, de laquelle ils ont pensé que nostre grande Nimphe representoit la personne. Et maintenant que les Francs ont amené avec eux leurs Druydes, faisant bien paroistre qu'ils ont esté autresfois Gaulois, il semble que nostre authorité et nos sainctes coustumes reviennent en leur splendeur. - Mais mon pere, respondit Celadon, si ay-je bien veu dans nos bocages sacrez, lors que vous faites des sacrifices qu'il y a des Statuës, et des images, quelquefois du grand Dis et quelquefois d'Hercule. - C'est parce respondit Adamas, que Dis et Hercule sont des hommes, et non pas des Dieux, et qu'estant hommes on les peut representer. - Mais repliqua Celadon, si ce ne sont pas des Dieux, pourquoy les mettez-vous sur l'autel ? - Pour faire entendre dit-il, qu'ils ont esté entre les hommes comme des Dieux pour leurs vertus, et que comme tels nous les devons honorer, et conserver la memoire, afin que les autres hommes, en les voyant dressent leurs actions sur le patron qu'ils nous ont laissé, et les estrangers qui ne sçavoient pas nostre intention ont creu que nous les adorions, et ont dit [518] que Dis estoit Pluton duquel nous nous vantions d'estre yssus, et ont donné à Hercule le surnom de Gaulois, parce que nous en honorions beaucoup la memoire, tant pour avoir esté plain de toutes vertus Heroïques, que pour avoir espousé la belle Galathee, nostre Princesse et fille de Celte nostre Roy η. - Vous me racontez, dit Celadon tout estonné, des choses qui me ravissent, et

Signet[ 516 ] 1621 moderne

vous supplie mon pere de continuer, et de me dire comment il faut que je fasse quand j'entre dans ces Temples, où je trouve des images de Jupiter, de Mars, de Pallas, de Venus, et de semblables Dieux et Deesses. - Mon enfant, respondit Adamas, il faut que vous y alliez fort retenu, et que sur tout vous ne preniez pas cela pour des Dieux separez, mais pour les vertus, puissances et effects d'un seul Dieu, et qu'ainsi, vous adoriez η Juppiter comme la grandeur et Majesté de Dieu, Mars, comme sa puissance : Pallas comme sa sapience, Venus comme sa beauté, et ainsi des autres. Par ce moyen les adorant comme je dis, vous refererez tout à nostre grand Teutates, et honorant les grands Heros pour leur vertu, vous vous monstrerez juste de rendre à ces vertueuses personnes, apres leur mort, l'honneur que vous n'avez peu leur faire durant leur vie. Et que cela vous suffise pour ceste fois, attendant que la frequentation que vous aurez avec moy vous en apprenne peu à peu davantage.
   Or mon enfant laissant donc tous ces discours à part, nous ferons icy une forme de [519] Temple dans ce Boccage qui de long temps a esté consacré à Teutates, c'est à dire à Dieu : entant que ce sera dans un Boccage nous observerons nos anciennes ordonnances, et pource qu'il y aura un Temple η, nous obeirons à ces estrangers. Et pour l'intelligence de ce que je viens de vous dire, j'escriray au Tronc de ce chesne merveilleux, le sainct nom de Teutates : puis en ces trois branches qui s'en separent, à la droitte je mettray Hesus, au

Signet[ 517 ] 1621 moderne

milieu Tharamis, et l'autre costé Belenus, et en ce tronc d'enhaut où ces trois branches se viennent reünir, nous graverons encores le sacré nom de Teutates, pour monstrer que nous n'entendons qu'un Dieu sous ces autres trois paroles. Que si j'osois vous descouvrir la profondité de nos saints misteres et les secrets plus cachez de nostre religion, je vous dirois, une interpretation que Samothes, le plus sçavant de tous les hommes nous a laissee, et qui de pere en fils est venuë jusques à nous : C'est que ces trois noms signifient trois personnes qui ne sont qu'un Dieu, LE DIEU FORT, le DIEU HOMME, et le Dieu REPURGEANT : le Dieu fort est le Pere η, le Dieu homme, est le Fils, et le Dieu Repurgeant, c'est l'Amour de tous les deux ; et tous trois ne font qu'un Teutates, c'est à dire un Dieu, et c'est à la mere de ce Dieu homme à qui nos Druydes ont dedié dans l'entree des Carnutes, il y a plus de vingt η siecles, un Autel avec une statuë d'une pucelle tenant un enfant entre les bras, avec ces mots. A LA VIERGE QUI ENFANTERA η. [520] Mais mon enfant vous n'estes pas capable de ces hauts misteres, et vaut mieux pour ne les profaner, que je m'en taise, Peut estre adviendra-t'il que quelque sçavant Druyde venant en ce Boccage sacré, adorera Teutates en pureté de cœur comme nous, et loüera nostre ouvrage, en approuvant nostre bonne intention.
  Le Druyde alloit discourant de ceste sorte, des misteres les plus cachez de sa religion : et parce qu'ils surpassoient l'entendement du Berger,

Signet[ 518 ] 1621 moderne

il n'en voulut point dire davantage : mais soudain que ces noms furent gravez contre l'arbre ils se jetterent tous deux à genoux, et les adorerent, et ne s'en approcherent plus qu'avec beaucoup de respect. Mais d'autant que le Druyde avoit opinion que s'il ne flattoit un peu le mal de Celadon, il perdroit peu à peu la devotion et la volonté d'y travailler, il nomma le Temple du nom de la Deesse Astree : - Et ne craignez, dit-il, mon enfant, de faillir envers Dieu, pourveu que vous y honoriez cette Astree comme l'un des plus parfaicts ouvrages qu'il η ayt jamais fait voir aux hommes. Celadon y consentit aysement, et plein d'un zele incroyable y travailla si assiduellement, qu'en peu de jours il acheva ce que le Druyde luy avoit ordonné, qui loüant sa diligence, et son industrie, afin de luy augmenter la volonté qu'il avoit, apporta les loix d'amour, et le tableau de la reciproque Amitié : mais s'approchant de l'Autel d'Astree, il ne sçavoit ce [521] qu'il y mettroit dessus pour le faire voir et recognoistre, et apres y avoir pensé quelque temps ;
  - Si vous estiez bon Paintre, luy dit-il, vous avez bien la memoire assez vive pour vous ressouvenir des traits du visage de la belle Astree : de sorte que vous pourriez bien la peindre, et nous la mettrions sur cet Autel qui luy est dedié η : mais cela n'estant pas encores, je feray faire un petit tableau où j'escriray seulement son nom. Alors le Berger luy respondit ; - Vous avez raison, mon pere, d'avoir ceste

Signet[ 519 ] 1621 moderne

bonne croyance de moy, car veritablement j'ay non seulement les traits de son visage si bien gravez, en la memoire qu'il me semble qu'elle est tousjours devant mes yeux, mais aussi son parler et ses façons de faire me sont tellement en l'ame, qu'il faut avoüer que rien ne me peut divertir ny separer d'elle, et me figurant à tous coups de la voir devant moy, il me semble que sa parolle de mesme, me frappe tousjours aux oreilles. Mais encores que je ne sçache pas paindre, si ne laisserons nous pour cela d'avoir sa ressemblance, si vous me promettez de me rendre ce que je vous mettray entre les mains. Et le Druide le luy ayant promis, il decrocha sa juppe et ouvrant la boite η qu'il portoit au col il luy montra la peinture η d'Astree. - Mais mon pere, luy dit-il si vous la perdez ou que vous me la rendiez, c'est chose tres-asseuree que j'en mouray de desplaisir, et qu'il n'y a excuse ny consolation qui m'en puisse garantir. Apres qu'Adamas eut promis par Teutates qu'il la luy [522] rendroit, le Berger la luy remit entre les mains, mais non sans l'avoir baisee plus d'une fois, et accompagnant tousjours de l'œil, comme la regrettant desja, le Druide l'ayant quelque temps consideree. - Vrayement, dit-il mon enfant, ta folie est belle, et faut advouër que je ne crois pas qu'il y ait visage ! plus beau, ny auquel il se lise une plus grande modestie d'Amour, ny une plus douce severité. Heureux le pere qui a un tel enfant, Heureuse la mere qui l'a eslevee, Heureux les yeux qui la voyent, mais plus heureux η celuy qui aymé d'elle la possedera. A ce mot il la remit en sa boite η,

Signet[ 520 ] 1621 moderne

avec promesse de la rapporter bien tost, ce qu'il fit dans cinq où six jours.
  Ce fut en ce lieu qu'Astree et sa trouppe entrerent η et virent tant de vers et d'escritures de Celadon : car depuis le Berger s'y plaisoit de sorte qu'il estoit tousjours ordinairement devant l'image de sa Bergere, et l'adoroit de tout son cœur, et selon que diverses imaginations luy venoient, il les escrivoit et les mettoit comme pour offrendre sur l'autel de la Deesse Astree, et ce fut ce Berger et Adamas que Silvandre rencontra η la nuict discourant ensemble, car le Druyde par cette frequentation l'ayma de sorte qu'il oublioit presque toute autre chose, et de mesme le Berger se sentoit tellement obligé à l'assistance qu'il recevoit de luy qu'il l'honnoroit comme son pere. Leonide depuis ce temps là n'aloit plus si souvent visiter les Bergeres qu'elle souloit, feignant lors que Paris luy en demandoit [523] la raison, que la chasse η l'occupoit entierement. Or Celadon vesquit de cette sorte, quelquefois moins, quelquefois plus affligé, selon que ses pensees le traitoient : Jusques à ce qu'il rencontra η Silvandre, entre les mains duquel il remit la lettre qu'il escrivoit à la Bergere Astrée, et qui depuis fut cause de faire venir toute cette trouppe de Bergeres et de Bergers en ce lieu, où s'estant esgaree, elle fut contrainte de se reposer, en dessein de partir aussi tost que la Lune commenceroit de paroistre : mais la peine que ces Bergeres avoient euë le jour et une partie de la nuict avec la fraischeur du lieu, les assoupit d'un plus long sommeil qu'elles n'avoient pensé ; car tant

Signet[ 521 ] 1621 moderne

s'en falut qu'elles se reveillassent lors que la Lune se leva, que le jour estoit desja grand, que les Bergers mesmes estoient encor tous endormis. Au contraire le triste Celadon suivant sa coustume se leva de grand matin, afin de pouvoir entretenir ses pensees sans estre rencontre de personne, ayant ordinairement accoustumé de se lever à telle heure, afin de pouvoir sortir dehors, quand chacun estoit encor endormy, et puis se renfermoit le plus souvent tant que le jour duroit. Le Soleil ne paroissoit point encores, lors que de fortune il adressa ses pas du costé où estoit ceste trouppe : Et parce qu'il s'en alloit tout en ses pensees, sans prendre garde à ce qui luy estoit autour, jamais homme ne fut plus estonné que luy, quand tout à coup il apperceut Astree. Elle avoit un mouchoir dessus les yeux qui luy cachoit une [524] partie du visage, un bras sous la teste, et l'autre estendu le long de la cuisse, et le cotillon un peu retroussé par mesgarde, ne cachoit pas entierement la beauté de la jambe : Et dautant que son corps de juppe la serroit un peu, elle s'estoit deslassee, et n'avoit rien sur le sein qu'un mouschoir de reseul au travers duquel la blancheur de sa gorge paroissoit merveilleusement, du bras qu'elle avoit sous la teste, on voyoit la manche avallee jusques sous le coude permettant ainsi la veuë d'un bras blanc et potelé, dont les veines pour la delicatesse de la peau par leur couleur bleuë, descouvroient leurs divers passages. Et quoy que de cette main elle tint sa coiffure qui la nuict s'estoit destachee, si

Signet[ 522 ] 1621 moderne

est-ce que pour la serrer trop negligemment, une partie de ses cheveux s'estoit esparse sur sa jouë, et l'autre prise à quelques ronces qui estoient voisines. O quelle veuë fut celle-cy pour Celadon ! Il fut tellement surpris, qu'il demeura immobile sans poulx, et sans haleine, et n'y avoit en luy autre signe de vie que le battement du cœur, et la veuë qui sembloit estre attachee sur ce beau visage. Mais il luy advint lors comme à ces personnes qui ont longuement demeuré dans des profondes tenebres, et qui sont tout à coup portees aux plus clairs rayons du Soleil : car tout ainsi qu'elles demeurent esblouyes par trop de clarté, de mesme pour avoir trop de contentement, il n'en pouvoit jouyr d'un seul, les ayant eu tout à coup, et venant de quitter l'obscurité de ses desplaisirs. Quelque temps apres ayant repris [525] un peu plus de force, il commença de considerer ce qu'il voyoit, tantost regardant ce visage aymé, tantost le sein de qui les thresors ne luy avoient jamais esté si descouvers η : et sans se pouvoir saouler de considerer toutes ces beautez il eust voulu comme un nouvel Argus avoir tout le corps tout couvert d'yeux : mais lors qu'il estoit en cette agreable contemplation, voila sa pensee qui luy represente incontinent un souvenir qui luy trouble toute sa joye. - Retire toy, luy disoit-elle, retire-toy, infortuné Berger de ce lieu bien-heureux, et qu'il ne soit point d'avantage profané par tes yeux : As tu desja mis en oubly, la deffence qui t'a esté faicte ? ne sçais-tu qu'il ne t'est pas permis de te presenter devant ses yeux ? Et peux tu

Signet[ 523 ] 1621 moderne

mettre en oubly ce commandement η, où si tu t'en souviens, y peux tu contrevenir ? Il se retira les bras η croisez et les yeux tendus η au Ciel apres ces parolles, comme si c'eussent esté des chaines qui le retirassent avec violence de ce lieu : mais certes ses pensees et ses pas faisoient bien un different chemin : car plus l'un l'esloignoit d'Astree, et plus l'autre l'en approchoit. En fin l'ayant perduë de veuë, il demeura si troublé qu'il fut contraint de s'arester tout court. - De m'en aller, disoit-il, je ne puis, de m'y en retourner, je n'oserois, de demeurer icy, je me travaille en vain, à quoy nous resoudrons nous donc ? A recevoir, disoit-il apres, la faveur que le Ciel nous a faite sans la luy avoir demandee. Mais comment contreviendrons nous au commandement de celle à qui nous n'avons jamais desobey ? [526] Mais, se respondoit il, ne contrevenant point à ce qu'elle m'a commandé, n'est-ce pas faute d'amour, si par crainte je me prive de sa veuë ? Or elle ne m'a pas commandé de ne la voir point : car dés lors je me fusse privé de mes yeux, mais seulement que je ne me fisse point voir à elle. Mais comment me verra-t'elle en dormant ? prenons donc Amour pour guide, et sous sa conduitte allons le adorer en elle ; comme au lieu ou il est en sa plus grande gloire. Porté de cette consideration, il retourne sur ses pas, et marche le plus doucement qu'il peut pour ne l'esveiller, et d'aussi loin qu'il la peut appercevoir se jette à genoux, l'adore et luy addresse d'une voix basse cette priere.
  Grande et puissante Deesse η, puis que les

Signet[ 524 ] 1621 moderne

Dieux ne font pas mieux paroistre leur divinité, en punissant qu'en pardonnant, voicy η je me gette à genoux. Je ne veux point entrer en jugement avec toy, ny demander si la peine que j'ay supportee n'outre-passe point la grandeur de ma faute, puis qu'elle a esté commise par ignorance, mais seullement je te requiers que la pitié t'esmeu, en ce que mon amour t'a laissé η insensible, et de rendre aussi bien cette preuve de ta divinité, en me remettant en ma fecilité perduë que tu m'as osté le bon-heur où tu m'avois eslevé, puis que ma soubmission ne te doit pas moins esmouvoir au pardon que mon offence inconnuë au chastiment.
  [527] Ainsi disoit η le triste Berger, n'osant presque laisser sortir ces mots de ses levres, de peur d'esveiller celle à qui il les adressoit : Et lors se relevant, s'approcha davantage d'elle, afin de la mieux considerer : Mais lors qu'il estoit plus avant en cette contemplation par malheur Philis se tourna d'un costé sur l'autre sans toutefois ouvrir les yeux, n'y s'esveiller : ce qui donna tant de crainte η à Celadon, que se retirant promptement à costé, il fut contraint de s'en retourner en sa triste demeure, où il ne se fut plutost r'enfermé, que repensant à cette rencontre, et à celle η du jour η precedent η, il ne sçavoit s'il en devoit prendre un presage heureux, ou malheureux. En fin considerant l'effect de la lettre qu'il avoit remise entre les mains de Silvandre (car il croyoit bien qu'Astree en avoit sceu quelque chose) il se resolut d'en hazarder une autre, et pour ne perdre temps se despecha de l'escrire,

Signet[ 525 ] 1621 moderne

de peur, que s'il tardoit trop, ces Bergeres ne s'esveillassent. Il met sur le ply de la lettre, comme il avoit desja fait sur l'autre η, et sortant hastivement s'en va au grand pas où il avoit laissé sa Bergere, mais ayant peur qu'elles ne se fussent esveillees lors qui les approcha, il se couvrit de quelques arbres, et estendant la veuë de tous costez connut bien qu'elles ne s'estoient point esveillees : mais aussi il vit bien que la compagnie estoit plus grande qu'il n'avoit creu au commencement, parce qu'il apperceut un peu loin d'elles les Bergers dont nous η avons parlé : Et pour sçavoir s'ils dormoient [528] et s'ils estoient de sa connoissance il s'approcha doucement du lieu où ils estoient, et le premier qu'il rencontra, fut Silvandre. - Ha ! fidelle amy, luy dit-il d'une voix basse, qu'elle est l'obligation que je t'ay, puis que tu as plus faict pour moy que je ne t'avois osé demander ? Puisse tu Berger recevoir de quelqu'un η des miens pour remerciement de ce bienfait quelque office signalé aupres de Diane, puis que de moy il ne faut que tu esperes que de simples souhaits : Et lors tournant les yeux sur les autres quatre Bergers qui estoient aupres de luy, il n'en peut reconnoistre aucun ? bien luy sembla-t'il d'avoir veu Tircis autrefois η. Voyant donc qu'ils estoient tous endormis, il s'achemine vers les Bergeres. Le Soleil estoit desja assez haut et trouvans passage entre les arbres commençoit d'esclairer en quelques lieux sur elles, de sorte que si ce Berger eust esté aussi juste Juge des beautez qu'il estoit parfait Amant, il eust

Signet[ 526 ] 1621 moderne

bien peu dire à laquelle de toutes il falloit donner le prix η de la beauté : mais si les longs ennuis d'Astree luy faisoient en quelque chose ceder pour lors à Diane, l'affection du Berger suppleoit de sorte à ce defaut, que le jugement n'en estoit jamais donné par luy à son desadvantage η. Et lors considerant particulierement Astrée, il se remet sur un genoux, et s'approchant de sa belle main ne peut s'empescher de la luy baiser : puis avançant la jambe, et trainant l'autre doucement luy mit sa lettre dans le sein, et transporté d'amour ne se peut garder d'accompagner sa main de la bouche. O ! perdu Berger, [529] quel fust alors le transport η qui en te η relevant te η porta jusques à sa bouche. Il fut tel, en fin qu'oubliant presque la crainte qu'il avoit euë de l'esveiller, il l η'appuya de sorte dessus, que la Bergere donna signe de s'esveiller, et commençoit d'ouvrir les yeux lors qu'il s'estoit à peine relevé : Et n'eust esté que de fortune les rayons du Soleil qui luy donnoient sur le visage l'esblouyrent de leur prompte clairté, il n'y a point de doute qu'elle l'eust recognu : mais cela fut cause qu'elle ne peut que l'entrevoir comme une ombre, et lors qu'elle voulut tourner la teste pour le suivre des yeux, ses cheveux qui estoient, comme j'ay η dit pris à des ronces, s'arresterent η avec telle douleur qu'elle ne peut s'empescher de faire un cry assez haut, dont Philis s'esveilla en sursaut, et luy demandant quel sujet elle avoit de crier, Astree luy monstra ses cheveux, n'ayant encores la force de parler, tant elle estoit

Signet[ 527 ] 1621 moderne

estonnee de ce qui luy estoit advenu. Philis en sousriant les luy desprit, et se voulant rasseoir en sa place, elle vit qu'Astree s'estoit levee, et avoit laissé cheoir un papier. Elle fut curieuse de le ramasser, et de la suivre à quinze ou vingt pas du lieu d'où elles s'estoient levees. Et lors la triste Astree s'estant assise contre un arbre devint pasle outre mesure, et sembloit presque sur le poinct d'esvanouyr : dont Philis estonnee courut incontinent la soustenir, et lors qu'elle fust un peu revenuë. - Helas ! ma sœur, dit-elle à Philis avec un grand souspir, helas ! qu'est-ce que j'ay veu ? Et lors elle se taisoit pour quelque temps, estant contrainte [530] de souspirer, et peu apres recommençant par un grand souspir, elle disoit : - Helas ! ma sœur, j'ay veu Celadon, je veux dire que j'ay veu ce qui reste de Celadon. A ce mot de Celadon la voix se perdit en sa bouche, et la langue s'attacha à son palais, puis serrant les mains ensemble, et tenant les yeux tendus η au Ciel, sembloit luy demander secours en ce travail. Philis qui la vist en cet estat, ayant ouy le peu de paroles qu'elle venoit de dire, eust soudain opinion qu'elle avoit eu quelque songe estrange qui l'avoit espouventee de ceste sorte : et pour l'en divertir, - Ma sœur, luy dit-elle, c'est une folie de croire aux songes, car l'imagination nous represente en dormant ce que nos yeux ont veu en veillant, ou que nous avons fait ou pensé, si bien qu'ils ne sont pas presages du futur, mais seulement images du passé. - Ah ! ma sœur, interrompit Astree, ne

Signet[ 528 ] 1621 moderne

croyez point que ce soit songe. Je l'ay veu de mes yeux, et soudain qu'il a conneu que je le regardois, il s'est esvanoui en l'air. - Peut estre ma sœur, respondit Philis, aviez-vous opinion de veiller : car cela advient bien souvent en dormant. - Ne vous figurez point cela, dit Astree, veritablement je veillois. - Et comment est-ce, dit Philis, que vous avez pris garde à luy ? - J'estois, respondit Astree, ny bien esveillee, ny bien endormie, lors que je l'ay ouy souspirer autour de moy, voire jusques aupres η de mon visage, j'ay ouvert les yeux et ay veu l'ame de mon Berger devant moy. Mais ô Dieu, combien belle et pleine de clairté η ! Elle estoit telle qu'il n'y a Soleil qui porte plus de rayons. Jugez- [531] le, ma sœur, puis que j'en suis demeuree esblouyë, jusques à ce que j'ay esté icy. Mais aussi-tost que j'ay jetté l'œil sur luy il s'est perdu aussi viste qu'un esclair. Et vrayement, ô belle ame ! tu as raison de ne vouloir que la veuë de celle qui a sceu si mal mesnager η ta vie te soüille : Si te suis-je infiniment obligee, puis qu'ayant tant d'occasion de me hayr, tu me fais toutefois paroistre que ton amour continuë. Philis toute estonnee creut alors que veritablement c'estoit l'ame de Celadon, et luy dit : - Tout ce que nous pouvons faire pour ceux qui ne sont plus en cette vie, c'est d'en avoir la memoire, d'en redire les vertus et de leur rendre le dernier office de pitié, qui est la sepulture. De sorte que je suis d'avis, dit-elle, que pour vostre contentement, et pour satisfaire à cette ame qui vous a tant aymee, vous

Signet[ 529 ] 1621 moderne

luy fassiez dresser un tombeau, afin de la mettre en quelque repos, et puis en conserver la memoire parmy nous le plus longuement qu'il vous sera possible. - Cela, dit Astree, feray-je toute ma vie : mais ma sœur, ne sera-t'il point trouvé mauvais, si n'estant point de mes parens je luy rends ce dernier office de la sepulture. - Que peut-on dire, respondit-elle, sinon que ses parens, ne faisoient pas leur devoir en cecy, vous faites ce qu'ils devroient faire. Que s'il estoit en vie, il y auroit apparence de faire quelque doute, mais à cette heure qu'il est mort on ne peut soupçonner que vostre amitié passee qui n'est guiere plus inconnuë qu'à ceux qui n'ont jamais ouy dire vostre nom η. Disant ces parolles, elle tenoit le papier qu'elle [532] avoit ramassé, et de fortune Astrée jettant l'œil dessus, et recognoissant l'escriture de Celadon, luy demanda quelle lettre elle tenoit en la main : Elle respondit qu'elle l'avoit ramassee, et que c'estoit elle η qui l'avoit laissé choir quand elle η s'estoit levee. - J'ay bien senti, dit alors Astree, que quelque chose m'est tombee du sein, mais j'estois tant hors de moy, que je ne l'ay pas veuë, et lors la prenant, et lisant ce qui estoit au dessus, elle dit que c'estoit la lettre que Sylvandre avoit trouvee. - Cela ne peut pas estre dit Philis, car je l'ay serree dans ma poche, et y mettant la main la trouva. - Que sera ce donc, respondit Astree, si est-elle escrite de la mesme main, et lors la despliant elle trouva qu'elle estoit telle.

Signet[ 530 ] 1621 moderne


LETTRE

DE CELADON A LA BERGERE

ASTREE.

  SI l'occasion de vostre venuë en ce lieu où le reste de Celadon est encore, puis que les Dieux le veulent ainsi, n'est que pour voir combien vous avez peu, et pouvez sur luy, c'est trop de peine pour chose de si peu de valeur. Que si quelque estincelle de compassion vous y ameine, quels services peuvent meriter une [533] si grande recompense ? Et si la fortune seule vous y a conduitte sans dessein, n'est-ce pas trop de bon-heur pour une personne si malheureuse ? De sorte que quelque occasion que ce puisse estre, j'advoue que c'est sans raison η. Si ce n'est qu'il soit tres-raisonnable que comme l'affection que je vous porte outrepasse toutes les bornes de la raison, de mesme en ce qui touche cette affection la raison n'ait point de lieu. Et par ainsi je ne me dois plaindre qu'elle n'ait esté appellee quand j'ay esté banny, ny qu'aux ennuis que je souffre elle ne puisse avoir quelque place, estant tres-juste, que celuy qui le premier a desdaigné la

Signet[ 531 ] 1621 moderne

raison, sente que la raison aussi le desdaigne. Si ne laisseray-je de vous remercier autant que peut faire l'ombre vaine de ce que j'ay esté (car veritablement je ne suis plus autre chose) si vous estes venu voir combien vous pouvez sur moy, car comme que ce soit, c'est un de mes plus grands desirs d'estre en vostre memoire. Je vous remercie de mesme si la pitié vous y ameine, car encor qu'elle soit bien tardive, ce n'est pas estre sans consolation que d'avoir en fin quelque consolation. Et aussi vous remercieray-je si c'est la fortune, puis que je connois par là qu'il n'a tenu qu'à elle que je n'aye plutost ressenti les effets de vostre douceur [534] et cette derniere consideration sera cause que comme par le jugement de tous ceux qui vous voyent, et par la grandeur de mon affection vous estes la plus belle et plus aimee Bergere de l'univers, de mesme je me diray, puis que ma fortune et ma constance le veulent ainsi, le plus infortuné comme le plus fidelle de vos serviteurs.

  Ce fut bien alors que ces Bergeres creurent que Celadon estoit mort η, et que l'amour fit resoudre Astree de luy rendre le dernier devoir de son amitié η, et lors qu'elles se vouloient lever pour esveiller Diane et les autres Bergeres, parce qu'il estoit desja tard et qu'elles

Signet[ 532 ] 1621 moderne

craignoient que l'on ne fust en peine d'elles en leur hameau. Elles apperceurent que Sylvandre estoit venu aupres de Diane qui dormoit, et que demeurant ravy à la regarder apres avoir esté quelque temps immobile, en fin il dit fort haut telles paroles.


SONNET.

LA belle η dont l'Amour me prive de repos η,
Reposoit doucement sous l'ombre d'un boccage,
Là voloient les Amours autour de son visage,
Qui naissoient de ses yeux encor qu'ils fussent clos.

Là les Zephirs changez en amoureux propos,
Rendoient pour ces amours un amoureux hommage :
[535] Et les arbres chargez de tant d'Amours esclos,
N'en estoient garentis par les loix de leur aage.

Hommes, Faunes, ny Dieux, rien n'estoit à l'entour,
Contemplant ce sommeil, qui ne bruslat d'Amour,
Et perdit le repos η pendant qu'elle repose.

Quelle estes vous beauté, quand veincre vous voulez,
Puis que sans ce dessein tellement vous bruslez,
Que vous voir, vous aymer n'est qu'une mesme chose.

  Il parloit ainsi haut, parce qu'il ne craignoit de l'esveiller, ayant eu commandement d'elle de le faire aussi tost mesme que la Lune luyroit : mais la bonne fortune de Celadon ne le voulut, afin qu'il eust ce contentement

Signet[ 533 ] 1621 moderne

de voir sa maistresse en ce lieu, et fut cause qu'encor que Sylvandre eust veillé une partie de la nuit, il n'eust toutesfois la hardiesse d'interrompre le sommeil de sa maistresse, craignant qu'elle s'en trouvat mal, ou que peut estre elle eust trop d'incommodité à marcher sous la foible lueur de la Lune parmy ce bois. Apres que ce Berger eut proferé ces paroles, il se mit à genoux pour luy baiser une main, mais ayant peur d'estre apperceu de ces deux Bergeres qu'il ne vit plus en leurs places, il se releva marry d'en avoir tant fait, si toutesfois il avoit esté veu. Cependant ces deux Bergeres le regardoient, et Philis qui estoit bien aise de divertir Astree, - Ne me croyez jamais, ma sœur, luy dit elle, si ce Berger n'ayme Diane, et s'il n'a esté moins fin qu'il ne pensoit estre. - J'en parlois hier à Diane, respondit tristement Astree, et selon ce que [536] j'en peus recognoistre, il n'en doit attendre que du desplaisir : car non seulement elle ne le veut point aymer, mais ne veut pas mesme sçavoir qu'il l'ayme. - Voila, adjousta Philis, une resolution qui semble devoir conduire en peu de temps Sylvandre aux termes de Celadon, et Diane à ceux d'Astree. - Ha ! ma sœur, dit Astree, Silvandre court bien cette fortune, mais tant que Diane s'exemptera d'amour, elle ne jouëra jamais un si malheureux personnage que le mien. - Je vous l'advoue, repliqua Philis, que tant que veritablement elle sera exempte d'amour, elle ne sera point en ce danger : mais si ce n'estoit que par dissimulation qu'elle en fust exempte, qu'en jugeriez vous ?

Signet[ 534 ] 1621 moderne

- Qu'elle seroit heureuse par opinion, dit Astree, et qu'en effect elle seroit mal-heureuse : mais il n'y a gueres encores d'apparence : l'humeur de Diane et les perfections de Silvandre n'estant point telles que la Bergere puisse estre prise facilement, ny luy propre sujet pour la pouvoir prendre. Et à ce mot prenant Philis par la main, elle se leva pour aller trouver Diane : toutesfois Philis ne laissa de luy respondre : - O ma sœur, que vous estes deceuë si vous avez cette opinion : car pour ce qui concerne les merites de Silvandre, croyez que quand un Berger a dessein de plaire, il se rend tout autre qu'il n'est pas lors qu'il vit nonchalamment. De là advient que quelquefois l'on s'estonne si fort de voir des Bergers cheris et aymez, que l'on juge toutefois si desagreables : Et de là, ce crois-je, a pris naissance ce vieil Proverbe, Nulles amours [537] laides ; voire je diray bien davantage, que je n'ay encores veu jusques icy Berger, qui ait esté desagreable à celle qu'il a recherchee s'il n'y a point eu d'autre occasion de haine que son amour, tant ceste recherche et ce desir de plaire, rend η agreable ceux qui ont dessein de se faire aymer. Que si cela advient en general à tous, à plus forte raison à Silvandre, de qui le corps n'est point si desagreable que la beauté de l'esprit ne puisse aisement suppleer à tous ces defaux. Et quant à ce qui est de l'humeur de Diane l'amitié qu'elle a portee à Philandre est une preuve certaine qu'elle n'a pas tousjours esté insensible à l'Amour : Et qui peut empescher que ce qui luy est arrivé une fois ne luy advienne encor une autre ?

Signet[ 535 ] 1621 moderne

Quant à moy je croy qu'Amour n'a pas oublié l'adresse dont il usa la premiere fois qu'elle fut blessee, et que Silvandre peut bien avoir la mesme η fortune que Philandre a euë. - C'est pourquoy (respondit Astree en luy serrant la main) je tiens pour chose impossible que jamais Diane se laisse reprendre à l'Amour : Et en cela nous sommes vous et moy de differente opinion ; car je croy que fort aysement une fille qui n'a jamais rien aymé se laissera emporter à ces douces flatteries, mais du tout impossible selon mon humeur qu'une personne advisee ayant aymé et perdu la personne aimee, puisse jamais plus laisser prendre racine à un autre amour dans son ame, et me semble que pour cette occasion le Cyprez seroit un bon simbole de mon amitié, puisque s'estant coupé il ne rejette jamais. A ces dernieres paroles [538] elles arriverent si pres de Diane que Phillis ne luy peust respondre autre chose sinon ; - Nous verrons bien tost, ma sœur, qui de nous deux aura fait un plus certain jugement.
  Cependant que ces Bergeres parloient de ceste sorte, Paris, Hylas, Tyrsis et Thersandre ayant esté éveillez par Sylvandre, s'en venoient trouver ces Bergeres, et parloient si haut en s'en approchant que Diane s'esveilla presque au mesme temps que Philis la vouloit pousser de la main. Elle fut honteuse de se voir presque toute des-habillee en si bonne compagnie, et cela fut cause que ramassant son poil d'une main et couvrant son sein de l'autre, elle s'eslongna entre quelques arbres, où Astree et Phillis la suivirent, et luy raconterent cependant

Signet[ 536 ] 1621 moderne

qu'elle se coiffoit, la vision d'Astree, la lettre qui luy estoit tumbee du sein, et en fin la resolution qu'elle avoit prise de faire un vain tombeau à l'ame de Celadon, puis que ses parens n'avoient point de soucy de son repos. - Cet office, respondit Diane, est vrayement plein de pitié, et de pieté, et quant à moy il n'y a rien que j'y des-apreuve, sinon que ce sera donner occasion à plusieurs de parler, trouvant estrange que l'inimitié de vos parens soit changee en une si bonne volonté. - Comment estrange, repliqua la triste Bergere ! il le devroit η bien sembler davantage, si cette inimitié, dont vous parlez, duroit encores apres la mort. Si Celadon vivoit, il n'y a point de doute que je ne voudrois pas que l'amitié [539] que je luy porte fust recogneuë, mais helas ! puisque pour mon malheur il n'est plus parmy les hommes, si ce n'est assez que les hommes la connoissent, je veux bien que la terre et le Ciel ne l'ignorent pas. Et voicy la raison surquoy je me fonde : Mes amyes ne trouveront jamais mauvais ce qui me plaira, quant aux autres, tant s'en faut que je me veuille priver pour elles de mon contentement, que ce m'est plaisir η de leur desplaire. - Puis que vous avez fait cette resolution, respondit Diane, le plutost que vous la pourrez mettre en effait sera le meilleur ce me semble, et si vous croyez mon conseil, ce sera avant que partir d'icy. Je m'asseure que je le feray bien faire à Paris en son nom, et toutefois à vostre intention : - Mais, respondit Phillis, où trouverroit-on les choses necessaires, si nous n'allons en nostre hameau ? - Le Temple, dit

Signet[ 537 ] 1621 moderne

Diane de la bonne Deesse où les filles Druydes et les Vestales demeurent, n'est pas loing d'icy ; si quelqu'une de nous y va accompagnee de l'un de ces Bergers, il ne nous sera rien refusé d'une si sainte compagnie pour un si bon dessein : mais appellons Paris et ses Bergers qui nous en diront leur advis. Phillis à ce mot les appellant ils vindrent vers elles, et Diane tirant Paris à part, luy fit entendre la vision et le dessein d'Astree : - Et parce, continua t'elle, que la medisance a les ongles η si aigus qu'elle treuveroit prise sur le plus poly d'un enclume η, je desire de vous ceste courtoisie, que ce tombeau soit eslevé en vostre [540] nom à l'intention toutesfois de la Bergere. - Vous pouvez, dit Paris, disposer entierement de tout ce qui est en mon pouvoir, et faut seulement que vous preniez la peine de me commander ? car je perdray seulement la volonté de vous faire service, quand je seray privé η de la connoissance de moy-mesme. Apres que Diane l'eust remercié le plus honnestement qu'il luy fut possible, elle le pria de faire donc entendre sa volonté à toute la trouppe : ce qu'il fist si discretement qu'il n'y eut personne, hormis Silvandre, qui ne creust que veritablement ce dessein venoit de luy seul : mais ce Berger qui n'ignoroit pas l'amitié qu'Astrée portoit à Celadon se douta bien que ce n'estoit que pour la couvrir aux plus curieux. Et parce qu'il estimoit la vertu d'Astrée, luy-mesme s'ayda en cette dissimulation, et s'offrit d'aller au Temple de la Bonne Deesse, pour avoir les choses necessaires : Astree y voulut aller aussi, pensant que sa presence y rapporteroit beaucoup, à cause

Signet[ 538 ] 1621 moderne

de l'amitié que Chrisante la principalle des filles Druydes luy portoit. Elle pria donc Phillis, et Laonice de demeurer avec Diane en ce lieu, cependant que Madonte et elle s'en iroient avec Silvandre et Thersandre au Temple qui estoit proche de là, avec promesse d'estre aussi tost de retour que Paris et ces autres Bergers auroient eslevé les gazons, et preparé les fleurs et les choses necessaires. Ainsi s'en alla la Bergere Astree : et Paris mettant la main à l'œuvre choisit le plus pres du lieu où elles [541] avoient dormy un endroit qui estoit vuide d'arbres, et où l'herbe semee, de diverses fleurs sembloit estre reservee à un semblable office. Tycis et Hylas avec le fer de leur houlette et les cousteaux qu'ils portoient à leurs ceintures, n'ayant point de meilleurs outils, luy aidoient à trasser et couper les gazons, et apres à les eslever l'un sur l'autre en façon de tombeau, cependant que Diane, Phillis et Leonide η d'un autre costé cueilloient diverses fleurs pour les semer dessus quand la ceremonie η se feroit, et diligenterent de sorte qu'ils paracheverent en peu de temps. Or il ne falloit que la perche pour mettre la ressemblance d'une colombe η dessus pour marque du lieu η où estoit mort Celadon, et dequoy graver ou escrire le tiltre ou epitaphe : mais n'ayant ny hache pour coupper ny encre pour escrire, ils estoient bien empechez. En fin Tyrcis se ressouvint qu'au Temple de la Deesse Astree, Hylas avoit trouvé dequoy escrire, et que sans doute il y avoit laissé l'escritoire, ils le η prierent d'y aller, et luy promirent qu'il l'attendroient. Luy pour obeyr

Signet[ 539 ] 1621 moderne

à sa Maistresse, partit incontinent avec promesse de revenir bien tost : Et Paris desireux de tenir toute chose preste, s'addressant à Diane, luy dit qu'il seroit à propos de choisir cependant la perche, qu'ils essayeroient de couper peu à peu avec leurs cousteaux, et pour ne faillir Astree a son retour, ils allerent du costé qu'elle devoit revenir. Laissant donc la riviere à main gauche, ils se mirent pas à pas à rechercher parmy ces arbres quelque branche [542] qui leur fut propre, et ne se donnerent garde qu'ils furent de ceste sorte presque hors du bois sans rencontrer ce qu'ils cherchoient, parce que Diane pensant que Paris s'en print garde n'y regardoit pas, et Paris estoit de sorte attentif à elle, qu'il ne pensoit point à sa queste. Dequoy Diane s'appercevant, dit à Tircis, - Je crois que nous serons si difficiles en nostre chois que tout ce bois ne nous contentera pas. - Si me semble-t'il, respondit Tircis, que j'ay veu des branches assez bonnes. - Il faut respondit Paris, qu'elles soient bien grandes, autrement elles ne sçauroient servir : - Mais, respondit Tircis, si elles le sont trop, le vent les abat incontinent : de sorte que quand elles ont vingt ou vingt cinq pieds c'est assez. - Il est vray, dit Paris, mais il faut que je confesse que j'ay pensé ailleurs, et que je n'y ay pris garde. - Est-ce ainsi, interrompit Diane en sousriant, que vous nous faictes perdre nos pas inutilement ? Alors Paris se tournant vers Tircis, le pria que s'il en remarquoit quelqu'une qui fust bonne, il l'en advertit, et puis adressant sa parole à Diane, - Ne me blasmez point, belle Diane, de la

Signet[ 540 ] 1621 moderne

faute que vous me faites commettre : car est-il possible d'estre aupres de vous et penser à quelque autre chose ? - Je ne crois pas, respondit Diane, qu'il vous doive estre plus difficile qu'à moy estant aupres de vous de penser ailleurs. - Si vos merites et ce qui est en moy, respondit Paris, estoient esgaux, ou que nos volontez fussent semblables, il y auroit de l'apparence en ce que vous dites. - S'il y a du [543] deffaut, dit Diane, il est de mon costé. - Ouy bien adjousta incontinent Paris en ce qui est de la volonté : mais ce qui est cause η que je ne puis arrester vostre pensee. - Je l'entends autrement, dit Diane, car je vous estime et vous honore comme je dois. - Pleust à Dieu Diane, respondit Paris, avec un grand souspir que vous fussiez aussi veritable que vous estes belle. - Vous ne desirez pas, dit la Bergere beaucoup de verité en moy. Mais en quoy me jugez-vous mensongere ? puis-je faire plus d'estime de vous, ou demandez vous que je vous rende plus d'honneur ? s'il y a en cela de la faute, accusez vous en, puis que vous ne le η voulez pas. - Cet honneur et cette estime dont vous parlez, dit-il, n'est η pas ce que je demande, tant s'en faut c'est ce qui me rend tesmoignage du contraire ; mais changez ceste estime en amitié, et c'est honneur en familiarité, et je seray content. - Vous estes trop raisonnable, respondit-elle, pour en vouloir d'avantage de moy, contentez-vous, gentil Paris, que je vous ayme, et vis avec vous comme si vous estiez mon frere η. Ce n'est pas que je ne sçache bien qu'estant ce que vous estes, une Bergere telle que je suis ne le devroit pas oster η, mais j'ayme mieux faillir aux loix de la civilité

Signet[ 541 ] 1621 moderne

que de vous deplaire, puis que vous le voulez ainsi. - C'est bien repliqua Paris un commencement de ce que je desire, mais non pas tout ce que je veux. - En cela dit Diane comme en toute autre chose, il faut que vous regliez vostre volonté à la raison. - Il vous est aysé, respondit Paris, de donner [544] et suivre ce conseil : mais n'est-il pas raisonnable que quelquefois Diane choisisse quelqu'un qu'elle rendra heureux, et avec qui elle puisse vivre heureuse ? - Ce choix repliquat-elle, est bien malaysé à faire, et pour ne m'y tromper je le remettray tousjours à ceux qui sont plus sages que moy. - Et qui sont-ils ? adjouta Paris. - Et qui peuvent-ils estre dit-elle, sinon ma mere et mon oncle ? Paris vouloit respondre lors que Tircis l'interrompit pour luy monstrer une jeune branche. Diane en fut bien ayse : car ce discours commençoit de la presser bien fort, et au contraire Paris bien ennuyé qui desiroit de sçavoir d'elle si elle auroit agreable qu'il leur en parlast : mais elle qui le recognut bien pria Phillis de ne l'eslongner plus comme elle avoit fait, de peur que Paris ne reprit son discours. Ayant donc choisi ceste perche, ils essayerent de la couper, mais leurs cousteaux n'estant pas assez forts ils se contenterent de la marquer en attendant qu'Astree fust de retour, croyant bien que Sylvandre n'auroit pas oublié ce qu'il faudroit pour cet effect. Reprenant donc le chemin du Temple de la bonne Deesse, ils s'en alloient au petit pas, et peut-estre η que Paris vouloit retourner sur les discours qu'ils avoient laissez, lors qu'ils apperçeurent à

Signet[ 542 ] 1621 moderne

la sortie du bois une Bergere qui se peignoit sous un large Sycomore : Et parce que ses cheveux blonds et crespez estoient si longs qu'ils la couvroyent presque d'autant qu'elle estoit assise ils ne sçeurent d'abord juger ce que c'estoit : mais s'en estant un peu approchez, et [545] ayant rafermy leur veuë ils recongnurent que c'estoit une Bergere η ; son visage toutefois que les cheveux cachoient en partie ne pouvant estre bien veu par eux, leur donna la curiosité de s'en approcher d'avantage. Et lors qu'ils essayoient de la recognoistre ils veirent un jeune Berger η qui se vint jetter devant elle à genoux la surprenant, de sorte qu'elle n'avoit eu le loisir de se lever. Ny ce Berger ny ceste Bergere, ne peurent estre reconnus de ceste troupe, encores qu'ils feussent d'un Hameau assez voisin : Quant à la Bergere elle pouvoit estre dicte belle, et la nonchalance de ses cheveux et de ses habits luy adjoustoit plustost quelque grace η qu'elle ne luy en ostoit. Mais ce qui les rendit encor plus estonnez fut qu'ils veirent le long d'un petit pré un autre Berger η qui de fortune survenant en ce lieu les avoit apperceus et les consideroit avec une si grande inquietude qu'encores qu'il monstrast de se vouloir cacher, si ne se pouvoit il empescher de paroistre et de faire bruit par ses divers mouvemens : Quelquefois il avançoit la teste à costé de quelques branches qui le couvroient, et prestoit l'oreille pour ouyr ce qu'ils disoient, d'autresfois mettoit un doigt dans sa bouche, et le serroit entre ses dents η, peu apres de ceste mesme main il se grattoit la teste, et en fin lors qu'il entr'oyoit quelque

Signet[ 543 ] 1621 moderne

mot, il serroit les deux mains ensemble et les laissoit choir sur ses cuisses : et bref portoit si impatiemment de les voir ensemble qu'il n'avoit nulle fermeté en ses actions. D'autre costé la Bergere faisoit paroistre [546] d'avoir si peu agreable la venuë de celuy qui estoit à genoux devant elle, qu'elle ne daignoit pas seulement tourner les yeux vers luy, et sembloit qu'elle se hastast de parachever sa coiffure afin de s'en aller plustost de ce lieu. Diane et sa trouppe voyant la beauté et le desdain de la Bergere, l'affection et sousmission de celuy qui estoit à genoux, et les apprehensions de celuy qui les regardoit, prindrent volonté de sçavoir davantage de leurs affaires. Et pource en attendant qu'Astree revint ils s'en approcherent le plus qu'ils peurent sans en estre veus, et lors ils ouyrent que ce Berger apres un grand souspir, reprenoit la parole de ceste sorte. - Est-il possible Bergere que vous n'ayez jamais agreable ny la volonté que j'ay de vous servir, ny la contrainte que vous me faites de vous aymer ? - Je ne sçay respondit elle desdaigneusement, ny quelle est ceste volonté ny quelle est ceste contrainte dont vous me parlez, mais je sçay bien que venant de vous ny l'un ny l'autre ne m'en sçauroit plaire. - Que vous ne sçachiez point, repliqua le Berger, ny quelles sont vos chaisnes ny quelle est ma servitude, cela ne me remet pas en liberté, mais que vous ne les ayez point agreables, d'autant qu'elles me touchent, c'est bien le plus grand mal qui me puisse arriver. - Si la coustume η, dit la Bergere, rend toutes choses pour difficiles qu'elles soient aisees à supporter

Signet[ 544 ] 1621 moderne

vous ne devez pas beaucoup ressentir le mal que vous dites, puisque il y a si long temps que vous y devez estre accoustumé : Car des l'heure que [547] vous me declarastes vostre volonté, je vous fis entendre la mienne si franchement que vous en sceustes autant la premiere fois que vous en avez jamais sçeu depuis, ny que vous en sçaurez jamais. - Ha ! Doris, respondit le Berger, si mon ame s'endurcissoit aussi bien à vos desdains que vostre cœur à mes prieres, il est certain que desormais je ne les sentirois plus, mais helas ! ceste coustume η ne sert qu'à me rendre plus sensible ; et tant s'en faut qu'elle m'allege, que tout ainsi que celuy est tousjours plus travaillé qui continuë de porter un pesant fardeau, de mesme est-il de ceste coustume η qui ne fait que rendre ma peine plus insuportable. La Bergere demeura quelque temps sans luy respondre comme si elle eust esté attentive à s'habiller, mais voyant qu'il ouvroit la bouche pour recommencer elle l'interrompit par ces paroles. - Voiez-vous Adraste, tous vos discours ne servent de rien, et vous diray encor' une fois pour toutes que je ne veux ny aymer ny estre aimee, et si vous ne voulez estre hay de moy ne m'en importunez plus. - O Dieux ! dit le Berger, qu'est-ce que j'entens ? Et lors se tournant vers elle, - Est il possible luy dit il, Bergere, que les Dieux ne se lassent jamais d'estre adorez des mortels, et que vous soyez ennuiez de l'estre de moy ? - Ne vous en estonnez point, Adraste, dit la Bergere, c'est que je ne suis point Deesse que si je l'estois et que l'on ne me fit point de plus agreables

Signet[ 545 ] 1621 moderne

sacrifices que les vostres, j'aymerois mieux estre sans temples et sans autels. Et à ce mot aiant parachevé de s'habiller, elle ramassa sa houlette qui estoit à terre, [548] et partist de ce lieu laissant ce pauvre Berger tant affligé qu'il n'eust ny la force ny la hardiesse de la suivre.
  Diane la voyant partir fut en volonté de l'appeller, mais considerant que sans y prendre garde elle η s'en alloit vers l'autre Berger η, elle pensa bien qu'il l'arresteroit, et que par ce moyen elle pourroit apprendre d'avantage de ses nouvelles : Et de fait cest autre Berger la voyant venir vers luy, l'alla rencontrer et la print par sa robbe, de peur qu'elle ne passast outre : mais elle qui fuyoit encor' plus celuy-cy, voulant rudement se demesler de ses mains se laissa cheoir si à propos qu'il sembloit qu'elle se fust assise de son gré. Le Berger se jetta incontinent à genoux et luy demandant pardon de ceste faute, - Ce n'est point de ceste-cy, dit-elle Berger, qu'il faut que vous vous repentiez, mais de celle qui a fait perdre toute la bonne volonté que je vous ay jamais portee. - Pour celle-là, respondit incontinent le Berger, au lieu des paroles j'y mettrois le sang et la vie ; mais je n'ose vous en supplier sinon avec le silence et la soubmission, puisque aussi bien je ne sçay qu'elle ell' est veritablement. - Il n'y a Palemon (repliquat-elle) plus grande ignorance que de celuy qui ne veut pas sçavoir quelque chose ; mais cela ne me touche point. Je suis guerie de ceste blesseure, et de telle sorte que la marque n'y paroist plus. - Il est aysé, dit le Berger, de guerir d'une playe qui n'a pas esté grande. - Je ne vous diray pas, respondit-elle, quelle elle a

Signet[ 546 ] 1621 moderne

esté, pour augmenter d'avantage vostre vanité, tant y a [549] que j'aymerois mieux la mort que de retomber aux mesmes accidens dont je suis sortie. - Or voyez, dit alors le Berger, à quel poinct je suis reduit : l'affection que je vous porte a tant de puissance sur moy que si la condition où vous estes vous plaist autant que vous dites, elle me deffend de vouloir que vous la changiez jamais, pourveu que vous permettiez que je retourne en celle où je soulois estre. - Et de mesme dit-elle, considerez combien je suis esloignee et differente de vous, puisque j'aimerois mieux ne voir jamais personne que si je vous voiois en l'estat où vous souliez estre. Et pour preuve que je dis vray, ou ne m'en parlez plus ou ne me retenez plus icy par force. - Puis, dit-il, que vous me deffendez la parole, ou le contentement d'estre aupres de vous, permettez-moy pour le moins de chanter ce que mes yeux ne cesseront jamais de pleurer. Et lors il souspira ces vers, ausquels pour luy deplaire elle respondit.


DIALOGUE.

PALEMON, DORIS

I.

Pal. SI j'ayme autre que vous que je meure, et soudain
D'eternelle douleur ceste mort soit suivie.

Dor.  Que je puisse mourir d'un tourment inhumain,
Si d'aymer rien que moy je prends jamais envie.

Signet[ 547 ] 1621 moderne

[550] II.
P.   Aymez ou n'aymez point, tousjours vous adorant,
Vous verrez que ma foy se rendra plus extreme.

D.   Aymez ou n'aimez point, il m'est indifferent.
Mais vous ne verrez point que jamais je vous aime.


III.
P.   J'y vaincray vous aymant toute difficulté
Encor qu'à mon dessein le Ciel mesme s'oppose
,
D.   Mon cœur est tellement de l'amour rebutté.
Que pour ne vous aymer il vaincra toutes choses.


IIII.
P.   Si le Ciel estoit juste il puniroit en vous,
Cet orgueil qui vous fait mespriser tous les hommes.

D.   Mais tant s'en faut le ciel estant tres-juste en nous,
Nous detient l'un et l'autre au dessein ou nous sommes.


V.
P.   Quand il veut qu'on vous aime il est juste en ce point,
Mais injuste en ostant à l'Amour l'esperance η.

D.   S'il veut que vous aimiez, et que je n'aime point,
Il vange mon Amour et punit vostre offence.

  Encor que Doris ne fist responce au Berger, qui ne luy rendist tesmoignage de mauvaise volonté, si ne laissoit-il de prendre quelque espece [551] de contentement à la voir et à l'entretenir, de sorte qu'il n'eust si tost mis fin à ce qu'il chantoit si elle ne luy eust faussé compagnie. Et parce qu'elle vouloit esviter le premier Berger, elle s'en vint droit a Diane sans l'avoir apperceuë, qui voyant alors qu'elle ne se pouvoit plus cacher s'avança avec sa trouppe vers cette Bergere,

Signet[ 548 ] 1621 moderne

et apres l'avoir saluee, luy dit, - Je ne m'estonne plus, gentille Diane η si ces Bergers que je viens de voir aupres de vous sont tant espris de vostre beauté, puis qu'elle est telle qu'il faudroit estre privé de veuë pour ne l'admirer : mais je ne puis assez treuver estrange la cruauté dont vous usez envers eux, puis que vous estes seule qui mesprisez ce qui est vostre, et que vous avez acquis avec de si belles et de si cheres armes. Cependant que Diane parloit ainsi, Palemon y arriva, et peut ouyr la responce de Doris qui fut telle : - Sage Bergere, la beauté que pour m'obliger, vous dites estre en moy est veritablement admiree en vous de tous ceux qui vous voyent, et ne sçay avec quelles armes je puis avoir acquis ceux dont vous parlez sinon qu'elles doivent estre fort malheureuses d'avoir fait une telle conqueste. - La beauté, dit Diane, sied aussi bien aux filles, que l'orgueil et la presomption est η mal seante aux belles. - Si vous sçaviez, respondit l'estrangere η, quelle est l'occasion qui me fait parler ainsi, vous admireriez la puissance que j'ay sur moy mesme de pouvoir seulement regarder ce Berger. A ce mot Palemon se jetta à leurs genoux, et les mains η jointes dans son [552] chapeau : - Je vous supplie et conjure, dit-il, ô sage et discrette bergere si vous aymez par la personne que vous honnorez de vostre amitié, et si vous n'aymez point par vous mesme et par la douceur que vos yeux me promettent, de prendre la peine d'ouyr nostre different, et si vous me jugez coulpable je ne veux pas que la vie me demeure, et si au contraire elle a le tort je demande seulement qu'elle me permette, ainsi

Signet[ 549 ] 1621 moderne

qu'elle me contrainct, de passer le reste de mes jours en la servant.
  Diane vouloit respondre lors qu'elle vit approcher Astree qui revenoit du temple avec une troupe bien plus grande qu'elle n'y estoit pas allee : car la Nymphe Leonide y estoit, et Chrisante la principale des Druydes avec l'une de ses filles qui venoient pour honnorer les funerailles de Celadon conduisant mesme le Vacie du lieu, qui estoit celuy qui ordinairement faisoit les sacrifices journaliers pour le hameau, dans le temple de la bonne Deesse. Celuy-cy avoit apporté tout ce qui estoit necessaire pour le tombeau vuide de Celadon, et les filles Druyde avec Chrisante estoient chargees les unes de fleurs, les autres de lait, et les autres de vin et d'eau ; et devant elles touchoient les brebis et jeunes taureaux η necessaires. Licidas mesme estant allé ce matin au temple de la Bonne Deesse rendre quelque vœu que sa jalousie peut estre luy avoit fait faire s'y rencontra tant à propos, qu'estant adverty du dessein de Paris pour le repos de son frere, et se resouvenant qu'il avoit manqué à ce devoir se resolut [553] pressé de ce remors d'y assister, quoy qu'il receust un extreme desplaisir de voir Phillis et Sylvandre. Et pour cet effect ayant choisi une grande truye η pour en faire sacrifice selon la coustume à Ceres et à la Terre, il suivoit lentement ceste troupe.
  Diane donc voyant approcher ceste grande compagnie ne peut respondre, ny au Berger, ny à la Bergere, sinon que la Nymphe Leonide qui venoit en ce lieu avec tant de Druydes

Signet[ 550 ] 1621 moderne

seroit bien aise d'ouyr leur different et de les mettre en repos, apres toutesfois que la ceremonie η seroit parachevee, à laquelle ils feroient un acte de pitié d'assister. Et sans attendre leur responce s'avança avec Paris, et alla saluer la Nymphe et Chrisante : et apres quelques propos communs le Vacie demanda où le vain tombeau avoit esté eslevé pour Celadon, afin de ne perdre d'avantage de temps : Et y estant conduit par Paris, il mit la main à l'œuvre ; mais premierement par la truye η que Licidas offrit, qui fut sacrifiee à Ceres et à la Terre, et puis tuant les brebis et les jeunes taureaux noirs en receut le sang dans des coupes. Il disposa les filles Druydes selon la ceremonie η : aux unes il donna le laict sacré, aux autres le vin, et choisissant Licidas pour faire porter l'eau Arferiale, et s'approchant du vain tombeau l'arrosa de toutes ces choses avec un petit rameau de Cypres appellant par diverses fois l'ame de Celadon : et apres versant l'eau aux Dieux Manes, il respandit le vin, le laict, et le sang sur le tombeau, appellant encores l'ame [554] de Celadon. Et à cette seconde fois toutes ces filles Druydes et les autres encores se descoiffant et laissant leurs cheveux espars, commencerent avec pleurs et cris d'appeller et de regretter Celadon : Et ayant demeuré quelque temps en ce pitoyable office, le Vacie commençant à faire le tour du tombeau du costé gauche l'environna trois fois, et à chacune l'appellant par son nom, et semant des roses et des fleurs sur les gazons, à la derniere, il dict d'une voix encor plus haute : - Adieu Celadon, Adieu, et pour

Signet[ 551 ] 1621 moderne

jamais à Dieu. La terre où que tu sois te puisse estre legere. Alors la Nymphe commençant les mesmes tours en fit autant que luy, jettant les fleurs à pleines poignees dessus, encores qu'elle sceut bien qu'il ne fust pas mort : Paris la suyvit, et apres tous ces Bergers, et Bergeres en foule. Cependant que les filles Druydes d'un chant triste et funebre et plaignoient la perte de ce Berger, et en racontoient selon leur coustume la vie et les actions η, combien il estoit aimé de chacun, comme il avoit honoré son pere, chery sa mere, aimé tous ses parens, combien de fois il avoit vaincu ses compagnons à la course η, à la luitte η et aux autres exercices honnestes et accoustumez parmy les Bergers, et enfin combien ils regrettoient ceste mort avancée, et qu'elle η perte c'estoit à toute la contree.
  Il fut tres à propos pour Astree que tous les Bergers et Bergeres fissent le tour de ce vain tombeau en confusion et criassent à Celadon l'Eternel adieu : car si elle eust esté seule elle eust [555] donné trop de cognoissance du regret qu'elle en avoit, mais parmy les autres son ennuy ne parust guieres. Or toutes ces choses estant finies il ne restoit plus que de mettre la perche dessus avec la figure de la colombe η tournee du costé où Celadon estoit mort : ce que le Vacie ne sçachant il falut qu'Astree le desseignast elle mesme, qui ne fut pas un petit renouvellement de ses ennuis, remettant alors en sa memoire ce miserable accident. Ceste perche donques estant dressee il ne falloit plus qu'y attacher le tiltre que Sylvandre escrivoit sur une table que le Vacie avoit apportee,

Signet[ 552 ] 1621 moderne

ne l'ayant pû escrire auparavant, parce que Hylas qui estoit allé chercher une escritoire n'estoit point retourné pour s'estre amusé aupres de quelques Bergeres qu'il rencontra en allant au temple de la deesse Astree. Le tiltre que Silvandre escrivoit η estoit tel.


[556] AUX.

DIEUX. MANES.

ET.

A. LA. MEMOIRE. ETERNELLE,
DU. PLUS. AYMABLE. BERGER.
DE. LIGNON.

AMOUR QUI PAR IMPRUDENCE. FUT. CAUSE.
DE. LA. MORT. DE. CELADON.

APRES AVOIR. NOYÉ. SON.
BANDEAU. DE. SES. PLEURS.

ROMPU. SON. ARC.

FROISSÉ. SES. TRAITS.

ESTAINT. A. JAMAIS. SON.
FLAMBEAU.

LUY. REND.

PLEIN. DE. TRISTESSE. ET. DE.
DESOLATION.

CE. DERNIER. DEVOIR.
[557] ET. APAND.

SA. DESPOUILLE. SUR. CE.
TOMBEAU.

POUR. MARQUE. ETERNELLE.

QU'AYANT. PERDU. UN.
SUBJET. SI. AYMABLE.

IL. NE. VEUT.

NY. NE. DAIGNEROIT. PLUS
EMPLOYER. SES. TRAITS. NY.
SES. FLAMMES. INUTILES.

Signet[ 553 ] 1621 moderne

  Chascun loüa l'esprit de Sylvandre, mais plus ceux qui sçavoient le subjet de sa perte, et surtout Astree et Diane, leur semblant que s'il eust sceu leur intention, il n'eut pas mieux escrit cest Epitaphe η : Or les pleurs estant cessez, et le Vacie et ses gens ayant emporté le reste des animaux sacrifiez et les vazes et autres instruments necessaires, Leonide prenant Chrisante par la main, sortit de ce bois, cependant que d'une longue suitte, toute la trouppe venoit apres, ayant desja ramassé et remis leurs cheveux sous leurs coiffures. Et sembloit que Diane eust oublié la priere de Palemon, lors qu'Adraste et luy la supplierent de faire en sorte que Leonide [558] et Chrisante ouyssent leurs plaintes, et en jugeassent comme elles trouveroient raisonnable. Diane alors s'aprochant de Leonide : - Grande Nymphe luy dit-elle, lors que vous estes arrivee, ces Bergers offencez de cette Bergere, luy monstrant Doris, avoient voulu remettre leurs differents entre mes mains, mais je leur ay donné conseil d'attendre que cette ceremonie η fut parachevee, et puis de s'en adresser à vous et à la sage Chrisante, s'il vous plaisoit d'en prendre la peine, m'asseurant que le jugement que vous en donneriez toutes deux seroit si juste qu'ils auroient tous occasion de le suivre. La Nymphe qui estoit pleine de courtoisie receut le salut de cette Bergere et de ces deux Bergers, et Chrisante de mesme ; et lors qu'elle vouloit parler, Palemon et Adraste se jetterent à ses genoux, luy disant, - Si jamais Amants ont merité que l'on prit compassion de leur peine, croyez Madame, que ces deux Bergers

Signet[ 554 ] 1621 moderne

se peuvent vanter d'estre ceux-là : de sorte que vous fairez une action digne de vous s'il vous plait d'ouyr nos differents et en ordonner comme non pas la raison, mais l'amour η vous inspirera, car c'est à sa justice, et non point à celle d'aucun autre des Dieux que nous voulons demander secours. - Sans mentir, dit la Nymphe, si vous pensiez gentile Bergere, que la venerable Chrisante et moy fussions capables d'ouyr le subjet de vos dissentions, et d'en pouvoir juger, nous serions tres-aises de vous donner à tous le repos que je m'asseure que vous n'avez pas tant que vous demeurerez en l'estat où vous estes. Doris, avec une tres-grande modestie, respondit de cette sorte : - Grande Nimphe ces Bergers, qui abusez de la faveur que vous [559] leur faites de les escouter, vous font ceste supplication desadvantageuse pour eux, montrent bien qu'ils ne sçavent ce qu'ils demandent, car par la peine qu'il vous plait de prendre de nous escouter, vous ne descouvrirez que trop les mauvaistiez et infidelitez de l'un, et les indiscretions et importunitez de l'autre. Toutesfois, puis que la bonté qui est en vous surpasse nostre folie, Madame je vous en remettray le jugement et à la venerable Chrysante, à condition que ny eux ny moy ne contreviendrons jamais à ce que vous ordonnerez. - Je jure dit Palemon que je d'esobeyray plustost aux dieux qu'à ses commandements. - Et moy dit Adraste je proteste de vous aymer toute ma vie, quelque ordonnance qui me soit faicte au contraire : mais je jure bien aussi par le Guy de l'An neuf, s'il m'est ordonné de vous

Signet[ 555 ] 1621 moderne

quitter, que jamais vous ne recevrez importunité de mon affection, et je ne ferois point de difficulté de vous faire une aussi entiere responce que ce Berger, si l'extreme amour que je vous porte le pouvoit consentir. Mais en cela vous pouvez cognoistre combien son affection est moindre que la mienne. - Adraste Adraste, dit alors Palemon, tu te trompes fort, si tu pense que je vueille obeyr aux ordonnances de ceste grande Nimphe, si elles me sont contraires d'autre sorte qu'avec la fin de ma vie. Si bien que je te surmonte autant en vraye amitié que toy faisant dessein de vivre estant condamné, et moy de mourir, ma passion est plus forte que la tienne. Adraste luy respondit froidement : [560] - Puis que tu disposes ainsi absolument de ta vie, et de ta mort η, tu monstres bien que tu as toute puissance sur toy. Mais helas mon affection qui est entierement maistresse de ma volonté et de toute mon ame, me deffend d'ordonner de moy si librement que tu fais.
  Si Leonide ne les eut interrompus ils n'eussent si tost mis fin à leur dispute, estant chacun desireux outre mesure de monstrer à Doris qu'il l'aymoit d'avantage. Mais la Nymphe prenant la venerable Chrisante d'une main, et Doris de l'autre : - Cherchons, dit-elle, un lieu qui soit commode pour nous asseoir, afin que plus à nostre ayse nous puissions escouter leurs raisons, ce sera une bonne œuvre que celle-cy et qui sera agreable aux Dieux. Et peut estre non pas moindre que celle que nous venons de faire. A ce mot chascun prit une de ses η Bergeres sous les bras, Tircis, Astree, Paris, Diane, et Silvandre

Signet[ 556 ] 1621 moderne

voyant que sa place estoit prise, et que Lycidas estoit à costé qui regardoit Phillis du coin de l'œil sans s'en vouloir approcher, se resolut de luy augmenter sa peine, puis qu'ainsi sans raison il estoit jaloux de luy. Il s'adresse donc à Phillis, et la veut prendre soubs les bras : mais elle qui voyoit bien l'œil de Lycidas fit un tour entier pour l'eviter, feignant que ce fut pour appeller quelqu'une de ses compagnes. Mais Sylvandre s'opiniastrant, fit le tour aussi bien qu'elle. Phillis n'osoit le refuser tout ouvertement, de peur que ceux qui le verroient ne le trouvassent mauvais : aussi ne pouvant souffrir qu'il la prist, elle luy dit : - Pensez vous Silvandre [561] que je vous sois fort obligee de ce que vous venez vers moy à faute d'autre ? Silvandre cogneut bien à quel dessein elle le disoit : mais sans en faire semblant, il s'approcha de son oreille, et feignant de luy parler se retira incontinent apres, non sans avoir tourné la teste du costé de Lycidas, faisant toutesfois semblant qu'il estoit bien marry qu'il l'eut apperceu. Ce coup fut un des plus sensibles que Lycidas eust peu recevoir : car il creut comme il y avoit apparence que c'estoit à son occasion qu'il s'en retiroit, et qu'il y avoit une grande intelligence entre Phillis et le Berger. Cela fut cause que ne pouvant supporter ceste veuë il s'alloit peu à peu retirant. Mais Philis qui eust bien desiré de se rapointer, voyant qu'il se vouloit desrober : - Vous vous en allez, dit-elle, Lycidas, et ne voulez-vous point ouyr le discours de ces estrangers ? - Il y a assez bonne compagnie

Signet[ 557 ] 1621 moderne

sans moy, respondit-il en tournant la teste d'autre costé, et puis il y en a qui se contraignent trop quand j'y suis. - Si j'estois de vostre conseil, dit Philis, je serois d'avis que vous eussiez plus d'esgard à vostre contentement qu'à celuy des autres. - Je voy bien, respondit Lycidas, que vous me donnez le conseil que vous prenez pour vous, et suis bien marry de ne m'en pouvoir servir ; mais je n'ay pas encores assez de puissance sur moy. Philis entendit bien ce qu'il vouloit dire, et en fut piquee jusques en l'ame : toutesfois feignant autrement, elle luy repliqua : - A ce que je vois Lycidas si la Nymphe vouloit accorder tous ceux qui ont [562] quelque different en ceste trouppe, vous et moy ne serions pas hors du nombre. - Il est vray, dit le Berger rouge de cholere, mais pour bien faire il faudroit que Silvandre en donnast le jugement. - Et pourquoy Silvandre ? dit la Bergere. - Parce, dit-il, qu'il n'y a personne qui en soit mieux informé. Et à ce mot sans attendre autre responce il se remit dans le bois au grand pas. Si ceste replique toucha vivement Philis on η le peut penser, puis que de tout le jour on ne peut avoir une bonne parole d'elle.